Isabelle Lord: d'intrapreneure à entrepreneure à succès


Édition du 12 Novembre 2016

Isabelle Lord: d'intrapreneure à entrepreneure à succès


Édition du 12 Novembre 2016

Isabelle Lord, présidente Lord Communication managériale

LAURÉATE, ENTREPRENEURE – PETITE ENTREPRISE — Isabelle Lord a répondu à « une envie d’entrepreneuriat inassouvie » quand elle a créé Lord communication managériale en 2008. Elle a eu le courage de surmonter le souvenir d’une mauvaise expérience en affaires de ses parents lorsqu’elle était adolescente et de quitter un emploi stable et rémunérateur. Pour transformer l’intrapreneure qu’elle était en entrepreneure… reconnue.

Ses parents ont traversé une faillite qui a fait exploser la famille et qui l’a ruinée. Isabelle Lord avait 15 ans. Ça lui a longtemps fait rechercher la stabilité. Stabilité qu’elle a trouvée pendant plusieurs années dans des postes de gestionnaire dans de grandes entreprises, comme Hydro-Québec et la Banque Nationale.

Tandis qu’elle se sentait déjà comme « une intrapreneure » dans ces postes, son envie d’entrepreneuriat a ressurgi au début de la quarantaine, à la faveur d’une année sabbatique passée à Vancouver, où elle accompagnait son mari. « J’avais l’envie d’entreprendre, mais je n’avais pas l’idée. Puis, ça s’est imposé à moi : ce ne serait pas un commerce avec du stock à gérer mais, comme je suis une fille de contenus, ce serait une entreprise de services basée sur mon expertise », raconte Isabelle Lord, qui a fondé en 2008 Lord communication managériale, qui offre des formations sur la communication pour les gestionnaires.

Prise de risque

Si la gestation a duré cinq ans, le temps de trouver le concept et de préparer son projet, le succès n’a pas tardé. « La formation Gestionnaires inspirants a été donnée à 35 000 personnes et a donné lieu à un livre, devenu une référence dans les programmes de management », se réjouit Isabelle Lord. Quelques années plus tard, elle a abordé un autre thème, « Courage de dire », qui a lui aussi remporté un vif intérêt. Aujourd’hui, Isabelle Lord, dont l’entreprise compte une dizaine d’employés, donne des conférences, anime des formations, organise des camps d’entraînement et des séminaires en entreprise. Elle a également développé une quinzaine de programmes d’autoformation virtuels.

Quand elle s’est lancée à l’eau, elle avait 46 ans. « Ça a été une prise de risque, reconnaît Isabelle Lord. Ça n’était pas facile de laisser le gros salaire et les avantages », se souvient la chef d’entreprise, qui était alors directrice principale, communication organisationnelle à la Banque Nationale. Ce qui lui a donné ce courage, c’est la confiance en elle qu’elle avait développée. « Je n’ai pas fait ça sur un coup de tête. Mon poste à la banque m’a montré qu’il y avait un marché. La preuve : quand j’ai lancé mon entreprise, elle a été ma cliente », se souvient Isabelle Lord. Elle avait aussi eu le temps « de faire [son] introspection » et de dépasser le traumatisme de l’expérience en affaires de ses parents. Elle était prête.

Cliquez ici pour consulter le dossier Prix femmes d'affaires du Québec 2016

À suivre dans cette section


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Élections fédérales: les grands enjeux économiques

11/10/2019 | Les Affaires

ÉLECTIONS FÉDÉRALES. Les Affaires vous présente des entrevues économiques avec six formations politiques.

Actifs échoués: les hydrocarbures canadiens sont-ils à risque?

12/10/2019 | François Normand

ANALYSE - Les énergies fossiles risquent de devenir l'équivalent des lignes fixes pour la téléphonie mobile.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

12/10/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.