Le chasseur de têtes de demain sera un agent d'artistes!


Édition du 29 Septembre 2018

Je sens que je ne vais pas me faire des amis chez mes collègues avec cette chronique. Mais au diable la popularité et bonjour l'innovation !


Le métier de recruteur existe depuis 1880... Avec la création des premières usines, les premiers «services de personnel» ont fait leur apparition. Après la Seconde Guerre mondiale, c'est un ancien militaire qui a inventé le recrutement de cadres pour recommander d'anciens soldats aux compétences rares et uniques à des entreprises.


Bref, je ne vous ferai pas ici un cours d'histoire de la chasse de têtes, mais force est de constater que le modèle d'affaires des recruteurs ne date pas d'hier et qu'il fonctionne toujours sur les mêmes principes : le recruteur se fait payer sur la base d'un pourcentage appliqué à la rémunération de la première année du candidat. En échange, il donne une garantie de remplacement si l'heureux ou l'heureuse élue ne donne pas satisfaction ou quitte l'entreprise.


On est dans un modèle d'intermédiation typique, semblable à celui des agents immobiliers ou des courtiers en placement. Cette industrie de l'intermédiation a très bien fonctionné, et de manière assez lucrative en plus, jusqu'à aujourd'hui (d'accord on se laisse un petit sursis...). Mais le monde a changé depuis. Je sais que vous le savez déjà, mais des recruteurs font encore la politique de l'autruche.


Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Pénurie de main-d'oeuvre: le Témiscamingue fait peau neuve

Édition du 20 Avril 2019 | Marie-Pier Frappier

Pénurie de main-d’œuvre oblige, plusieurs régions du Québec revoient leur ...

Le nombre de postes vacants augmente au pays, surtout au Québec

Il a augmenté dans la majorité des régions économiques et s’est accru dans les 10 principaux secteurs d’activité.

À la une

Salon Connexion numérique: les PME en quête de solutions

Il y a 47 minutes | Alain McKenna

Au Québec, plusieurs entreprises investissent dans le numérique, mais on sent un manque d’engagement clair.

Passionnés et ti-clins de l'immobilier

Édition de Avril 2019 | Daniel Germain

De tous les investisseurs, ceux qui ont du succès dans l'immobilier sont sans doute les vendeurs les plus ardents et ...

Newtrax : l'Internet des objets au service de l'industrie minière

14:40 | Marie Lyan

PME DE LA SEMAINE. La société conçoit des systèmes qui permettent de mesurer en temps réel différents paramètres.