Boom comptable dans les cabinets!

Offert par Les Affaires


Édition du 12 Février 2020

Boom comptable dans les cabinets!

Offert par Les Affaires


Édition du 12 Février 2020

En 2020, les 25 plus gros cabinets comptables du Québec ont augmenté leur nombre d'employés de 8,2 % par rapport à l'an dernier. Certains ont cependant connu une progression bien plus fulgurante. (Photo: 123rf)

LES GRANDS DE LA COMPTABILITÉ. En 2020, les 25 plus gros cabinets comptables du Québec ont augmenté leur nombre d'employés de 8,2 % par rapport à l'an dernier. Certains ont cependant connu une progression bien plus fulgurante.

C'est le cas de Crowe BGK, qui célèbre cette année ses 70 ans d'existence. Ce cabinet montre la plus forte expansion du classement Les Affaires cette année. L'ajout de 47 personnes a fait gonfler son équipe de 37,6 % par rapport à 2019, et de 93,3 % en comparaison d'il y a 5 ans. Cela lui fait gagner quatre rangs au classement, dans lequel il pointe désormais 16e.

Organiser son ascension

« Cette croissance n'a rien de magique, elle a été planifiée, raconte Brian Kreisman, associé directeur de Crowe BGK au Québec. Nous sommes au milieu d'un plan stratégique qui vise à doubler notre taille d'ici à 2022. » Pour y arriver, la firme offre des services spécialisés - notamment en conseil, en fiscalité et en fiscalité internationale - à ses clients existants et à de nouveaux clients. La firme procède aussi à des acquisitions, comme celle de Robert Leitman CPA le 1er février 2019. Ce cabinet de Lachine se spécialise dans l'immobilier et travaille auprès des PME.

« Crowe BGK doit aussi relever le défi du recrutement, dans un contexte de plein emploi au Québec », indique M. Kreisman. L'entreprise a renforcé son service des ressources humaines, en plus de recourir aux services d'agences de recrutement et aux réseaux de ses propres employés.

Bonne année chez Richter

Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT) a vu son nombre d'employés au Québec augmenter de 7,5 % en 2020 - et de 20,3 % sur 5 ans -, pour voler le premier rang à Deloitte, qui enregistre quant à lui une croissance de 1,4 % cette année, pour une variation totale de 17,3 % sur 5 ans.

Les deux meneurs sont suivis des cabinets EY, PwC, Mallette et KPMG. Ce dernier fait son entrée dans le club des firmes comptant plus de 1 000 employés, alors qu'il a connu une augmentation de 15,5 % en un an. Ensemble, ces six cabinets comptent 9 879 employés, soit près de 75 % du total des 25 plus grosses firmes comptables de la province.

Richter suit au 7e rang avec ses 442 employés, en croissance de 10,8 % sur 1 an et de 15,4 % sur 5 ans. « L'année 2019 a été l'une de nos meilleures années, sinon la meilleure », se réjouit l'associée Stéphanie Lincourt. Le cabinet, qui se spécialise dans les services aux entrepreneurs et à leur famille, bénéficie de l'effervescence de l'entrepreneuriat au Québec depuis quelques années. Cela lui offre plusieurs occasions de croissance organique.

« Nous nous efforçons d'offrir de plus en plus de services pour encadrer la famille de l'entrepreneur, que ce soit sur le plan de la gouvernance familiale, de l'optimisation fiscale intergénérationnelle, de la philanthropie ou de la littératie financière », souligne Mme Lincourt. Le cabinet expérimente d'ailleurs auprès de certains clients un programme de littératie financière destiné à aider la prochaine génération à mieux naviguer dans la complexité des affaires financières familiales et à bien se préparer à un éventuel transfert de patrimoine.

Jeu de chaise musicale

Quelques-uns des cabinets jouent à la chaise musicale dans le classement. D'abord, Mazars passe du 17e au 20e rang. C'est la seule firme du classement qui compte moins d'employés au Québec que l'an dernier (-3,8 %). On ne parle toutefois que d'une baisse de cinq employés.

Brodeur et Létourneau CPA fait son entrée au classement. En 2019, le cabinet a ouvert une nouvelle succursale à Sherbrooke et compte maintenant 79 employés dans la province (+12,9 %). Quant à EY et PwC, ils s'échangent la 3e et 4e place.

Regroupements

Le cabinet Lemieux Nolet poursuit sa progression en grimpant du 12e au 11e échelon. Ce cabinet a vu son nombre d'employés augmenter de 22,3 % cette année et de 67,9 % sur 5 ans. Une croissance qui s'explique par la diversification des services offerts et le développement de nouveaux marchés, mais aussi par le regroupement avec d'autres firmes. En 2019, par exemple, le cabinet Delisle & Associés, de Saint-Georges, en Beauce, s'est joint à la firme, permettant d'y ajouter environ 25 employés.

« Nous ne parlons pas d'acquisitions, mais bien de regroupements, car nous n'achetons pas de clients, précise Stéphane Dumas, président et chef de la direction de Lemieux Nolet depuis décembre dernier. Nous cherchons des professionnels aguerris, qui partagent nos valeurs et souhaitent se joindre à nous. »

En 2020, la firme comptable affirme qu'elle se concentrera sur la consolidation de ces partenariats, bien qu'il ne soit pas exclu qu'au moins un nouveau soit annoncé au cours de l'année. « Nos services restent axés sur la clientèle des propriétaires dirigeants d'entreprise, conclut M. Dumas ; ils sont nombreux dans la région de Chaudière-Appalaches et aux alentours. »


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Numérisation comptable en cours

Édition du 11 Novembre 2020 | Jean-François Venne

PROFESSION: COMPTABLE. Nouveau stage en audit public, préparation à l’introduction de la médiation fiscale...

Québec s’ouvre à la médiation fiscale

Édition du 11 Novembre 2020 | Jean-François Venne

PROFESSION COMPTABLE. Les particuliers et les petites entreprises auront prochaine-ment accès, au Québec...

OPINION Objectif diversité
Édition du 11 Novembre 2020 | Jean-François Venne
Le classement 2020 des grands cabinets comptables au Québec
Édition du 12 Février 2020 | Emanuelle René de Cotret et Lina Heckenast
Le «fitness numérique» pour rester sur la coche en comptabilité
Édition du 12 Février 2020 | Jean-François Venne

À la une

Et si Couche-Tard cessait ses opérations en 2070?

Un analyste déconstruit la valeur de Couche-Tard pour démontrer qu'il ne faut pas craindre l'auto électrique.

La vente de résidences à un sommet en novembre à Montréal

Les conditions du marché continuent d’être favorables aux vendeurs.

Noël: François Legault renonce à «son contrat moral»

Mis à jour le 03/12/2020 | lesaffaires.com

«C'est pas réaliste de penser qu'on va réduire la progression du virus de façon satisfaisante d'ici Noël».