Conseils d'administration : la diversité, mode d'emploi

Publié le 17/03/2014 à 00:09

Conseils d'administration : la diversité, mode d'emploi

Publié le 17/03/2014 à 00:09

Mme Nicolle Forget, administratrice de sociétés

Une entrevue avec Mme Nicolle Forget, administratrice de sociétés


Aucun conseil d’administration ne peut aujourd’hui se permettre d’être un club fermé, exclusivement masculin. La diversité est désormais un élément incontournable d’une bonne gouvernance. Voici comment la mettre en application au sein du conseil d’administration de votre entreprise.


Qu’est-ce que la diversité ?


La question de la présence des femmes dans les conseils s’impose dès qu’il est question de diversité. Les femmes sont désormais plus présentes parmi les administrateurs de sociétés, même s’il reste beaucoup de chemin à parcourir avant d’en arriver à l’équilibre.


Il est cependant important de passer à une autre étape et d’élargir la définition de la diversité. Les conseils d’administration doivent maintenant profiter de l’expertise et du point de vue de personnes aux profils diversifiés, qui proviennent d’horizons multiples.


« Il faut rechercher une diversité qui englobe différents groupes d’âges, de multiples professions et expertises, ainsi que des origines ethniques diverses », souligne Nicolle Forget, administratrice de sociétés.


Pourquoi choisir la diversité ?


Quand un conseil d’administration est homogène, tout le monde partage trop facilement un point de vue unique. Si tous les administrateurs sont issus d’une même profession, par exemple, il est inévitable que leurs analyses et les solutions qu’ils proposent soient identiques.


Introduire une plus grande diversité au sein d’un conseil permet de profiter de l’apport d’hommes et de femmes aux profils et aux origines diversifiés.


Ainsi :


• La diversité permet de s’ouvrir à des points de vue différents. De façon traditionnelle, les conseils d’administration recrutent des dirigeants d’entreprises, d’anciens PDG ou des gens issus du secteur dans lequel l’entreprise œuvre. En faisant place à la diversité, on limite cette homogénéité et on favorise l’expression de points de vue différents, tout naturellement.


• La diversité permet d’aller chercher des expertises uniques et complémentaires. Imaginez l’apport d’un sociologue pour mieux comprendre un phénomène de société qui menace de bouleverser votre marché ! Imaginez la contribution d’un jeune entrepreneur qui maîtrise les nouvelles technologies !


• La diversité permet de se rapprocher de sa clientèle cible. Si la moitié de vos clients sont des femmes, par exemple, des administratrices seront mieux placées pour les comprendre. De même, si une proportion importante de votre marché est en Asie, des administrateurs d’origine asiatique conféreront au conseil une sensibilité culturelle inestimable. Pour bien connaître un marché, il est utile de ne pas se fier uniquement aux efforts du service de marketing ; la contribution d’administrateurs habitués à ce marché peut faire une grande différence.


• La diversité ouvre la porte à des contributions stimulantes. Des administrateurs au profil moins traditionnel sont plus susceptibles de poser des questions dérangeantes. Il suffit souvent de l’apport d’une seule personne pour donner un souffle nouveau à un conseil.


Les obstacles à la diversité


La tradition et l’inertie sont trop souvent aux commandes lorsque vient le temps de recruter de nouveaux administrateurs.


Recruter différemment fait peur. Il est toujours plus facile de cheminer en terrain connu en choisissant des gens que l’on connaît déjà, qui œuvrent tous dans le même secteur.


Même les firmes que l’on embauche pour s’occuper de la sélection de candidats préfèrent naviguer dans les mêmes eaux, parce que c’est plus prudent.


Opter pour la diversité demande un certain courage et de la flexibilité, affirme Nicolle Forget, parce qu’il faut souvent aller à l’encontre des pratiques établies.


Comment prendre le virage vers la diversité ?


Pour faire place à la diversité au sein d’un conseil d’administration, il faut procéder par étapes. Tout d’abord, il s’agit de bien définir le type d’administrateurs dont l’entreprise a besoin. L’idéal, c’est de se faire une grille, qui tient compte des départs à venir. Il faut analyser la composition du conseil afin de déterminer les profils et expertises manquantes en fonction de la situation et des projets de l’entreprise.


Au moment de choisir, il ne faut pas se limiter à choisir des candidats qui ont une formation prédéterminée. L’ensemble des habiletés et des expériences doit être pris en considération. Il n’est pas nécessaire que les candidats aient l’expérience de la haute direction. Il faut savoir préparer la relève.


Il ne faut surtout pas avoir peur de recruter des jeunes. De nombreux trentenaires ont bâti des entreprises : ils ont leur place dans les conseils d’administration !


Les conditions de la réussite


Il n’existe aucune recette magique pour la diversité ni de modèle unique. Chaque entreprise doit trouver le sien.


Il ne faut rien précipiter non plus et implanter la diversité progressivement, afin de permettre à la culture d’entreprise de s’y adapter.


Puis, ajoute Mme Forget, « il est impératif que ceux qui apportent une diversité au conseil se sentent à l’aise de s’exprimer ».


En fait, pour implanter une véritable diversité et en tirer profit, il faut que la haute direction y croie. C’est le point de départ essentiel. Qu’attendez-vous ?


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Metro prend le plein contrôle de Première Moisson

25/04/2019 | Martin Jolicoeur

Après les Coutu, au tour de la famille Colpron-Fiset de céder les rênes de Première Moisson.

Dans la classe moyenne? Voici pourquoi tu t'appauvris

25/04/2019 | François Normand

BALADO - La classe moyenne a glissé de 64 à 61% de la population de l'OCDE depuis 40 ans. Au Canada, c'est 58%.

Débat: les sables bitumineux, un investissement vert?

25/04/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. Le panel «L'avenir de la finance durable au Canada» a soulevé plusieurs questions. Je les dépose pour réflexion.