L'infonuagique sur mesure pour les PME

Publié le 12/10/2013 à 00:00, mis à jour le 10/10/2013 à 13:32

L'infonuagique sur mesure pour les PME

Publié le 12/10/2013 à 00:00, mis à jour le 10/10/2013 à 13:32

Relativement simple à implanter et très efficace, l'infonuagique s'avère une solution rentable et peu coûteuse pour le traitement et la sécurité des données importantes pour l'entreprise.

«L'infonuagique renverse l'équation de la prise de risque entre le client et le fournisseur», affirme Guillaume Bédard, associé et vice-président, services professionnels chez agileDSS.

Auparavant, le client rencontrait un fournisseur TI, lui faisait part de ses besoins, puis attendait pendant quelques mois la livraison de son outil, en priant qu'il corresponde à ses attentes. On jouait gros, en raison de forts investissements en capital. En infonuagique, on s'abonne plutôt à un service. Si ce dernier ne convient plus après un certain temps, on peut le changer.

Des coûts échelonnés

Autre grand avantage : la structure de coûts. Des dépenses de fonctionnement mensuelles, directement liées au nombre d'utilisateurs et à l'intensité de l'utilisation, viennent remplacer la traditionnelle forte dépense initiale en capital.

«Plutôt que de devoir présenter à la direction une grosse demande de capitalisation, le responsable d'un département peut très bien financer son projet de BI à l'intérieur même de son budget d'exploitation», illustre Guillaume Bédard.

Pour cette raison, les plateformes infonuagiques des Microsoft, Jaspersoft, BIME et autres Birt on Demand attirent de plus en plus l'attention.

Se faire conseiller

Pour autant, l'approche infonuagique exige plusieurs des mêmes efforts que la veille stratégique traditionnelle. Les défis sont rarement technologiques, puisque les solutions infonuagiques sont relativement simples et efficaces. Ils sont plutôt de nature organisationnelle.

C'est le cas de l'harmonisation et de la standardisation des données, qui ne posent pas beaucoup de problèmes lorsqu'on utilise un seul système source, «mais qui deviennent plus complexes en infonuagique, lorsqu'on en a plusieurs», admet Marc-Éric Larocque, de Procima Experts.

Selon lui, il est impératif de se faire accompagner dès le départ lorsqu'on glisse vers l'infonuagique. Un conseil auquel souscrit tout à fait René Breyel, président de Claridion. Ce dernier déplore le manque d'information impartiale sur les fournisseurs de solutions infonuagiques. «Pour l'instant, on se fie beaucoup à leur renommée, mais on a peu d'éléments de contrôle, dit-il. Il se fait peu d'audit.»

La sécurité est au coeur des craintes des PME envers l'infonuagique en général, et plus particulièrement lorsqu'il est question de veille stratégique, en raison de la sensibilité de certaines données.

«Les deux grands soucis des gestionnaires, c'est de savoir où seront entreposées les données, et surtout de s'assurer d'en conserver la propriété en tout temps, explique Guillaume Bédard. Les cas des médias sociaux, comme Facebook ou Instagram, lesquels s'arrogent la propriété des données des utilisateurs, ont semé beaucoup d'inquiétude.»

Il rappelle toutefois que, dans l'infonuagique pour entreprises, la propriété des données est solidement protégée par des contrats.

À la une

La start-up de Sherbrooke qui veut commercialiser un médicament

03/03/2024 | Emmanuel Martinez

«Les gens pensent que l’argent coule à flots pour les start-ups, parce qu’on nous montre des exceptions.»

La start-up qui voulait faire économiser 1G$ en soins à l'Amérique du Nord

01/03/2024 | Émilie Parent-Bouchard

Une start-up de Sherbrooke propose des solutions aux victimes d'un traumatisme crânien qui doivent être opérées.

Pas de démondialisation, à l’exception des semi-conducteurs

ANALYSE. Aucun «ralentissement durable» de la mondialisation, mais on observe une incertitude techno-géopolitique.