Les plastiques, une espèce (pas) en voie de disparition

Publié le 01/07/2022 à 10:08

Les plastiques, une espèce (pas) en voie de disparition

Publié le 01/07/2022 à 10:08

Par Camille Robillard

Dès 2023, l’utilisation de sacs d’emplettes, d’ustensiles, de récipients alimentaires à emporter, d’anneaux pour emballages de boissons, de bâtonnets à mélanger et de pailles en plastique sera interdite au Canada. Toutefois, même si ces plastiques à usage unique sont bannis, cela n’empêchera pas la production de plastique et sa valeur mondiale des ventes de croître, soutiennent certains analystes. Après tout, le plastique et le caoutchouc se retrouvent dans de nombreux objets que nous utilisons quotidiennement, des roues de nos voitures à la fibre de nos vêtements.

Au Québec, plus particulièrement, cette industrie est principalement associée aux secteurs des transports, de la construction et de l’emballage, et ce, tout en étant un élément important dans la fabrication du matériel médical. En 2021, les activités de fabrication des plastiques et des composites représentaient 6,6% du PIB total de la fabrication, soit près de 1% de plus que la moyenne des dix dernières années. Dans l’étude économique L’industrie des plastiques et du caoutchouc: matière à production et à réflexion, Joëlle Noreau, économiste principale chez Desjardins, estime que «l’effervescence du marché de l’habitation et les besoins en matériel de tout acabit pour lutter contre la pandémie ne sont pas étrangers à cet essor».

D’ailleurs, la pression engendrée par la pandémie sur l’industrie du plastique a entrainé une demande accrue pour les résines, élément de base de la production de produits en plastique. Cependant, les usines productrices de cette matière située dans le golfe du Mexique ont dû, à cause de la multiplication des ouragans, ralentir leurs opérations, contribuant ainsi à la rareté de la ressource et à la hausse des prix. La rareté de main-d’œuvre dans ce secteur, ainsi que les fluctuations du prix du pétrole — aux États-Unis, 5% de la production du pétrole seraient destinées à celle du plastique — augmentent également la pression sur les producteurs de résines.

Vis-à-vis de ces défis, Joëlle Noreau estime que sans subir une réduction de ses activités, l’industrie des plastiques et du caoutchouc devra s’adapter. «La demande pour les productions en plastique et en caoutchouc est en évolution, par conséquent, les moyens d’y répondre devront suivre», souligne-t-elle.

 

Sur le même sujet

Chaînes d'approvisionnement: un retour à la normal complexe

12/08/2022 | Camille Robillard

L’incertitude économique et les tensions géopolitiques risquent de freiner son rétablissement.

L’action de CRCD baisse de 3,7% dans un contexte difficile pour les entreprises

CRCD a expliqué que la rentabilité de «plusieurs» entreprises en portefeuille a diminué en raison de l'économie.

À la une

Voici sur quoi miser pour rapatrier au bureau vos employés

Il y a 11 minutes | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Une étude de Microsoft recommande d'offrir un lieu qui permet aux employés de connecter entre eux.

Après Anglade, St-Pierre Plamondon plaide à son tour pour le vote stratégique

Il y a 44 minutes | La Presse Canadienne

«Est-ce qu’on devrait donner des pouvoirs absolus à François Legault ou est-ce qu’on veut des oppositions fortes?»

GES: les secteurs «gourmands» devront faire l'effort, dit Legault

Il y a 36 minutes | La Presse Canadienne

«Je veux qu’on aille plus vite» dans la réduction des émissions de GES industrielles, a-t-il dit en journée dimanche.