Les femmes sont encore rares au sein de la haute direction

Publié le 31/08/2011 à 16:41, mis à jour le 09/05/2012 à 16:22

Les femmes sont encore rares au sein de la haute direction

Publié le 31/08/2011 à 16:41, mis à jour le 09/05/2012 à 16:22

Par La Presse Canadienne

Photo : Bloomberg

Le nombre de femmes occupant un poste de haute direction dans les entreprises canadiennes est à peine plus élevé aujourd'hui qu'il y a 20 ans, révèle une étude rendue publique mercredi par le Conference Board du Canada.

Selon le groupe de recherche, les hommes sont encore deux fois plus susceptibles que les femmes de décrocher un poste de direction, même s'ils forment à peine plus de la moitié de la main-d'oeuvre.

Ainsi, 0,32 pour cent des femmes détenaient un poste de gestionnaire senior en 2009, comparativement à 0,64 pour cent des hommes.

Les choses ne sont pas beaucoup plus roses parmi les cadres intermédiaires. Les hommes ont en effet 1,5 fois plus de chances de décrocher un poste de ce niveau que leurs collègues féminines. C'est à peine 4 pour cent de plus qu'il y a 20 ans.

Le rapport du Conference Board s'appuie sur des données récoltées par Statistique Canada entre 1987 et 2009.

D'après la présidente et directrice de l'organisation, Anne Golden, au rythme actuel, il faudrait 151 ans pour que la parité soit atteinte au sommet de l'échelle.

Le Conference Board croit que les entreprises devraient faire des efforts pour donner leur chance aux femmes, notamment grâce à du mentorat et à des affectations temporaires dans divers postes.

 

 

 

À la une

L'assurance-emploi et l'assurance médicaments dans la mire des syndicats

Les syndicats s’attendent à des changements concernant l’assurance-emploi et le programme d’assurance médicaments.

Main-d'oeuvre: les attentes des chambres de commerce sont grandes

Elles s'inquiètent aussi des conséquences qu’aura l'endettement des derniers mois sur les PME.

Le patronat veut de l'action de la part d'Ottawa

Mis à jour à 13:53 | Emmanuel Martinez

Suite aux élections fédérales, les associations représentant les entreprises veulent de l'action de la part d'Ottawa.