Start-up: à la rencontre d'entrepreneurs et d'experts

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Janvier 2019

Start-up: à la rencontre d'entrepreneurs et d'experts

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Janvier 2019

[Image: Sébastien Thibault]

Tout le monde peut avoir des idées d’entreprises… mais tout le monde ne devient pas pour autant entrepreneur. Les Affaires est allé à la rencontre d’entrepreneurs et d’experts qui les accompagnent pour mieux comprendre ce moment-clé du passage à l’acte entrepreneurial et l’envers du décor d’une création d’entreprise.

Julien Smith, fondateur de Breather, le fournisseur d’espaces de travail flexibles créé en 2013 et qui compte aujourd’hui plus de 250 employés dans 10 villes.

Dominic Gagnon, fondateur de Connect&Go, entreprise montréalaise de près de 70 personnes qui conçoit des solutions intelligentes de paiement et d’accès, notamment des bracelets utilisés lors des derniers ­Jeux olympiques d’hiver.

Frédéric ­Lalonde, cofondateur de ­Hopper, une application qui prédit les tarifs aériens et qui a bouclé l’an dernier une ronde de financement de 128 M$.

Marc-Antoine ­Ducas, fondateur de Netlift, l’application de transport planifié montréalaise qui a bouclé l’an dernier une ronde de financement de 3,2 M$.

Stephanie Liverani, cofondatrice d’Unsplash, le site de partage de photographies qui compte plus de 700 millions de photos téléchargées depuis ses débuts et une communauté de plus de 100 000 photographes.

Jean-François Ouellet et ­Claude ­Ananou, professeurs en entrepreneuriat à ­HEC Montréal.

Liette ­Lamonde, directrice générale de la ­Fondation Montréal ­inc., qui accompagne les jeunes entrepreneurs montréalais par des bourses ou des services.

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «DÉFI START-UP - 4E ÉDITION»

À la une

Hausse des émissions de GES au Canada en 2019

Il y a 55 minutes | La Presse Canadienne

Les dernières données démontrent que ces niveaux d’émissions sont plus proches de ce qu’ils étaient en 2005.

Sobeys ramène la «prime confinement»

Par exemple, un employé qui travaille une semaine de 40 heures gagnerait une prime de 100 $ pour cette période.

Ottawa ne peut dire si MindGeek est une entreprise canadienne

Bien que l’entreprise soit établie à Montréal, elle a des activités dans le monde entier.