Porsche pousse l'automatisation à l'extrême

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Novembre 2015

Porsche pousse l'automatisation à l'extrême

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Novembre 2015

En renversant et en retournant le châssis directement dans les bassins, on fait en sorte que la peinture atteigne les moindres recoins.

Les constructeurs automobiles ont un rêve : produire vite, bien et sans erreur. Tout cela en réduisant les coûts. Depuis longtemps, la stratégie de l'automatisation a donc pris le devant de la scène dans l'industrie, mais le constructeur allemand Porsche a poussé la démarche un peu plus loin, notamment avec son usine de peinture.

Cliquez ici pour consulter le dossier Auto : Innovation manufacturière

L'assemblage de la voiture, quel que soit le modèle, débute d'abord par la fabrication du châssis à partir d'acier léger et d'aluminium. Des robots commencent par mettre en place les plus grosses parties de la plateforme, dont la base de la baie du moteur. Trois robots, programmés spécifiquement pour chaque modèle, travaillent sur chacune des voitures. Cette aide automatisée est nécessaire quand les tâches sont trop lourdes ou trop répétitives.

Les robots multiplient ensuite les opérations d'assemblage des différents composants de la voiture. Une fois le capot et les portières en place, la voiture est acheminée à l'une des salles de peinture les plus modernes du monde.

La première étape de la peinture consiste à plonger le châssis dans un bain de liquide basique de pH 9 qui assurera une première protection contre la corrosion.

Il est alors rincé sous pression, puis plongé de nouveau. Au total, quelques bains consécutifs (7 pour la 911, 4 pour le Macan) permettront d'assurer la protection de toute la structure.

En renversant et en retournant le châssis directement dans les bassins, on fait en sorte que le liquide atteigne les moindres recoins, tout en éliminant les coulisses qui pourraient se développer aux intersections.

Entre les couches de peinture, des robots appliquent des scellants sur certains composants de PVC, ou un enduit destiné à combler les aspérités restantes avant la couche finale.

Un nettoyage soigneux est effectué avant d'appliquer la couleur finale.

Une fois le processus de séchage terminé, on transporte la voiture dans un tunnel de lumière où les techniciens et des caméras spécialisées évaluent la qualité de la peinture avant de la retourner sur la chaîne de montage.

À la fine pointe des normes environnementales

Ces nouvelles salles de peinture, notamment celle de Stuttgart où est construite l'emblématique Porsche 911 - véhicule phare de la marque -, sont abritées dans un bâtiment de plus de 200 mètres de longueur, étanche à la poussière. Un système électrostatique absorbe toutes les émanations de solvant et de peinture. D'autres salles de peinture modernes sont aussi utilisées à Leipzig pour la construction des modèles Macan, Panamera et Cayenne, entre autres.

Ainsi, les salles de peinture satisfont aux normes environnementales les plus exigeantes. «Les émissions de la salle de peinture de Stuttgart sont particulièrement basses, explique Rolf Toczek, directeur de la division environnementale chez Porsche. En se basant sur les exigences gouvernementales, une salle de peinture comme la nôtre pourrait émettre jusqu'à 12 000 particules de poussière dans l'environnement. Nous en produisons 120.»

Cliquez ici pour consulter le dossier Auto : Innovation manufacturière

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Déclin de 13% des énergies vertes en 2020, selon l’AIÉ

04/06/2020 | François Normand

Le secteur ralentit globalement, mais il y a deux gros marchés qui continueront de croître en 2020 malgré la pandémie.

Legault s'inquiète de l'avenir d'Air Transat

L’incertitude au sujet de l’avenir du transport aérien Air Transat inquiète le premier ministre du Québec.

Sail ferme six magasins, 500 emplois touchés

Sail Plein Air ferme entre autres ses quatre établissements Sportium au Québec.