Montréal : chef des produits dérivés dans la fusion des bourses de Toronto et Londres

Publié le 09/02/2011 à 10:31, mis à jour le 09/02/2011 à 15:19

Montréal : chef des produits dérivés dans la fusion des bourses de Toronto et Londres

Publié le 09/02/2011 à 10:31, mis à jour le 09/02/2011 à 15:19

Par Mathieu Lavallée

Photo : LesAffaires.com

La Bourse de Montréal prendra en charge les activités mondiales liées aux produits dérivés pour l'ensemble du groupe issu de la fusion entre le Groupe TMX et le London Stock Exchange Group plc (LSEG).

La Bourse de Montréal serait d’ailleurs bien estimée en Europe, selon Xavier Rolet, le patron français du LSEG. «Nous connaissons très bien cette plateforme, dit-il. Nous avons déjà acheté leur technologie dans pour nos plateformes où se transigent des produits dérivés en Europe.»

Même si LSEG a déjà deux plateformes où s’échangent des produits dérivés et qu’elle prévoit en ouvrir une troisième, Montréal sera à la tête de toutes les activités en matière de produit dérivé, a promis M. Rolet. «Ça donnera une belle visibilité à Montréal pour vendre sa technologie à d’autres marchés émergents qui en auront grandement besoin.»

La Bourse de Montréal conservera également son image de marque ainsi que toutes les autres marques que possèdent les deux entreprises. Les Bourses n’ont toutefois pas décidé s’il adopterait une marque commune pour l’entité issue de la fusion.

L'ancien premier ministre du Québec Bernard Landry considère cela comme une « bonne nouvelle qui va créer des emplois et de la valeur ajoutée » pour le secteur de la finance de Montréal. Il souligne également que les universités de la métropole sont très avancées dans leurs travaux de recherche sur les produits dérivés.

À son avis, une approbation de la transaction devrait comprendre notamment l'exigence que Montréal conserve le monopole sur le marché des produits dérivés. « C'est ce qu'il y a de plus intéressant présentement sur les marchés », a-t-il commenté.

Ce monopole devrait comprendre non seulement le commerce, mais aussi la fabrication des produits dérivés échangés sur les plateformes du groupe à être formé. Selon lui, cela serait non seulement très lucratif, mais également stratégique pour Montréal.

De son côté, Toronto sera responsable des activités liées aux marchés primaires pour l'ensemble du groupe, y compris les inscriptions et les autres services aux émetteurs.

Londres sera le centre clé pour les inscriptions internationales, en plus d'assumer notamment la responsabilité à l'échelle mondiale des activités liées aux solutions technologiques.

Pour sa part, Milan se voit confier les activités liées aux titres à revenu fixe, et combinera notamment Shorcan, le courtier de titres à revenus fixes de TMX. Milan, qui est aussi le siège de Borsa Italiana, fait déjà partie du LSEG.

Avec Stéphane Rolland

À la une

Optimisme plus élevé des entreprises au Québec

L’optimisme des entreprises canadiennes est à son plus haut depuis un an, selon la Chambre de commerce du Canada.

La Caisse de dépôt dévoilera ses conclusions sur la mobilité à Québec mercredi

Il y a 48 minutes | La Presse Canadienne

La question de la mobilité à Québec fait débat depuis plusieurs années.

L'effet de richesse de l'immobilier résidentiel (1)

EXPERT INVITÉ. Ciel relativement clair, avec certains… nuages.