Les bourses mondiales dégringolent

Publié le 12/09/2011 à 10:07

Les bourses mondiales dégringolent

Publié le 12/09/2011 à 10:07

Par AFP

Les Bourses mondiales dégringolaient à nouveau lundi, apeurées par l'hypothèse de plus en plus ouvertement évoquée d'une faillite de la Grèce en dépit des déclarations apaisantes des responsables européens.

"Le climat est très anxiogène avec des rumeurs très inquiétantes sur les banques, de fortes craintes sur la Grèce et une absence d'annonces des pays du G7 sur la crise actuelle", résume Cyril Régnat, stratégiste obligataire chez Natixis.

Toutes les Bourses européennes s'enfonçaient dans le rouge. La chute a même brièvement dépassé les 5% en début d'après-midi à Paris en raison d'inquiétudes particulières pour les banques françaises, sous la menace d'une dégradation de leur note par l'agence d'évaluation Moody's.

Vers 13H35 GMT, peu après l'ouverture, l'indice Dow Jones de la Bourse de New York perdait 1,05%. Après un vendredi noir, les Bourses européennes poursuivaient leurs chutes: Paris dévissait de 4,26%, Londres 2,03%, Francfort 3,03%, Madrid 3,17% et Milan 2,94%.

En Asie, Tokyo a fini en recul de 2,31% et Hong Kong de 4,21%.

Le dossier grec continue d'empoisonner la zone euro et de peser sur les marchés. L'hypothèse d'une faillite de ce pays, voire de sa sortie de la zone euro, ne cesse de gagner du terrain.

Ce week-end, le ministre allemand de l'Economie Philipp Rösler n'a pas exclu une faillite ordonnée de la Grèce pour sauver la monnaie unique, avant que son ministère ne vienne rappeler lundi qu'Athènes avait toute sa place dans la zone euro.

Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso et la chancelière allemande Angela Merkel ont de leur côté tenté de ramener le calme en assurant, dans un communiqué commun à l'issue d'une rencontre à Berlin, que le FESF, dans sa version renforcée, serait opérationnel dès la fin du mois.

Ce Fonds européen de stabilité financière créé l'an dernier, qui porte secours aux pays en difficulté, doit notamment être autorisé à racheter des obligations souveraines sur le marché secondaire.

À la une

Commerce en Asie: ne misons pas tout sur la Chine

ANALYSE - Exporter, c’est un peu comme investir à la Bourse : il ne faut pas tout mettre ses œufs dans le même panier.

Michel Letellier, ancré dans la collectivité

Édition du 07 Décembre 2019 | François Normand

PDG DE L’ANNÉE – MOYENNE ENTREPRISE. Michel Letellier est assez unique au Québec.

Voici de quoi sont faits les PDG de l'année «Les Affaires»

04/12/2019 | Catherine Charron

BALADO. Prenez des notes. Qui sait, ça pourrait être vous l'an prochain...