Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Publié le 03/07/2020 à 08:27

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Publié le 03/07/2020 à 08:27

Une vue extérieure de Wall Street, à New York.

(Photo: Getty images)

Les Bourses asiatiques ont fini vendredi en hausse, stimulées notamment par le recul plus important que prévu du chômage aux États-Unis, reléguant la pandémie et les tensions sur Hong Kong à l'arrière-plan.

Les marchés boursiers américains sont fermée vendredi pour célébrer le Jour de l'Indépendance.

En Europe, les marchés sont en baisse à la mi-séance. À Londres, le FTSE 100 recule de 88 points, ou de 1,41%, à 6 151 points. À Paris, le CAC 40 cède 51 points, ou 1,01%, à 4 998 points. À Francfort, le DAX perd 83 points, ou 0,66%, à 12 525 points.

De retour en Asie, à Tokyo l'indice vedette Nikkei a progressé de 0,72% à 22 306,48 points et l'indice élargi Topix de 0,62% à 1 552,33 points. Sur l'ensemble de la semaine écoulée, le Nikkei a toutefois reculé de près de 1%.

L'indice Hang Seng de la Bourse de Hong Kong, qui avait flambé jeudi (+2,85%), a encore pris 0,99% vendredi pour finir à 25 373,12 points.

Les Bourses de Chine continentale ont aussi fini en forte hausse, l'indice composite de Shanghai s'étant apprécié de 2,01% à 3 152,81 points et celui de Shenzhen de 1,28% à 2 041,89 points.

Les investisseurs en Chine ont par ailleurs salué la croissance de l'activité dans les services dans le pays, qui a atteint en juin son plus haut niveau depuis dix ans, un nouveau signe du redémarrage de l'activité dans le pays, le premier à avoir été touché par le coronavirus dès fin 2019.

Wall Street avait grimpé jeudi avant un week-end prolongé en raison de la fête nationale américaine samedi, portée par le nombre record d'emplois créés en juin aux États-Unis et un recul plus important qu'attendu du taux de chômage.

«Le marché se tourne vers le nouveau trimestre juillet-septembre, quand la croissance devrait faire son retour après que les chiffres (de l'emploi américain, NDLR) ont confirmé que le pire pour les entreprises était passé», selon Nobuhiko Kuramochi de Mizuho Securities, cité par l'agence Bloomberg.

La propagation de la pandémie aux États-Unis demeure toutefois préoccupante: un nouveau record de 53 000 nouveaux cas de COVID-19 a été enregistré dans le pays sur les dernières 24 heures, selon le comptage de référence de l'université Johns Hopkins.

Les tensions sino-américaines restent également scrutées par les investisseurs, après l'adoption jeudi par le Congrès américain d'une loi prévoyant de sanctionner les responsables chinois appliquant les nouvelles règles sécuritaires répressives à Hong Kong. Ce texte doit toutefois être signé par le président Donald Trump pour entrer en vigueur.

 

Du côté du pétrole

Les cours du pétrole refluaient vendredi: vers 05H10 le prix du baril de brut américain perdait 1,3% à 40,12 dollars et celui du baril de Brent de la mer du Nord cédait 1,21% à 42,62 dollars.

À la une

Le Québec doit déjà se préparer à la prochaine pandémie

22/01/2021 | François Normand

ANALYSE - On a recensé l’éclosion de plus de 300 maladies infectieuses dans le monde entre 1940 et 2004, dont l'Ebola.

Bourse: les indices de Wall Street terminent en ordre dispersé

Mis à jour le 22/01/2021 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Le resserrement des mesures sanitaires dans le monde pèse sur les marchés.

Titres en action: Alphabet, Intel, Nuvei

Mis à jour le 22/01/2021 | LesAffaires.com et AFP

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.