Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Publié le 28/10/2021 à 07:52, mis à jour le 28/10/2021 à 07:59

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Publié le 28/10/2021 à 07:52, mis à jour le 28/10/2021 à 07:59

(Photo: Getty Images)

Les marchés boursiers mondiaux ont une fois encore bien accueilli la salve de résultats jeudi, des bonnes nouvelles tempérées par les craintes de l'inflation et des changements des politiques monétaires. 

Wall Street se préparait à ouvrir en hausse, après avoir soufflé mercredi.

En Asie, les cas de la COVID-19 en Chine, les tensions sino-américaines et les pâles perspectives économiques tracées par la Banque centrale japonaise ont obscurci le tableau.

 

Les indices

Aux États-Unis, vers 8h00, les contrats à terme du Dow Jones récoltaient 45 points ou 0,13% à 35 434 points. Ceux du S&P 500 haussaient de 12,75 points ou de 0,28% à 4 557,25 points alors que ceux du Nasdaq augmentaient de 95,75 points ou de 0,61% à 15 683 points.

En Europe, les résultats étaient mitigés. À Londres, le FTSE 100 perdait 0,23%. À Paris, le CAC 40 progressait de 0,56% et à Francfort, le DAX reculait de 0,10%.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a lâché 0,96%. De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a descendu de 0,28%.

Du côté du pétrole, vers 8h00, le prix du baril de WTI américain cédait 2,11% à 80,92 $US et le baril de Brent de la mer du Nord retraitait de 2,05% à 82,85 $US.

 

Le contexte

«La plupart de l'optimisme est dû aux bons résultats des entreprises cette semaine, car à part cela, il n'y a pas beaucoup de bonnes nouvelles», commente Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote.

Les doutes reviennent toutefois avec les nombreuses réunions et décisions des banques centrales, se terminant par la Réserve fédérale américaine la semaine prochaine.

La Banque centrale européenne tient jeudi sa réunion, mais a déjà prévenu qu'elle ne donnerait plus d'indications sur la normalisation de sa politique monétaire qu'en décembre.

Mais les tensions sur les politiques des banques centrales, avec un durcissement au Brésil et au Canada depuis 24 heures, se voient sur les taux souverains: «les courtiers sur le marché de la dette parient davantage sur une politique restrictive», poursuit Ipek Ozkardeskaya.

Cela a entraîné une hausse des taux pour les échéances à court terme: le 2 ans américain prenait 7 points de base, à 0,50%, alors que le 10 ans évoluait autour de 1,55%, dix points de moins que ces niveaux de la semaine précédente.

Le géant des hydrocarbures Royal Dutch Shell baissait de 1,97% à 1 730,00 pence, après avoir annoncé une perte de 447 millions de dollars. BP cédait aussi 1,37% à 353 pence.  

Si TotalEnergies a publié un bénéfice de 4,6 milliards de dollars américains, cela n'a pas suffi et le titre perdait aussi 0,18% à 43,56 euros à Paris. 

Ces titres peuvent aussi être pénalisés par la baisse marquée des prix du pétrole depuis la veille. Les cours sont sous la pression d'une hausse inattendue des stocks américains et de la volonté de Téhéran de reprendre les négociations sur le nucléaire, rendant plus probable un retour à moyen terme de ses barils sur le marché.

La pénurie de semi-conducteurs a affecté les géants de l'automobile Stellantis et Volkswagen dans leurs résultats: les constructeurs ont tous deux estimé que la crise les avait privés de 600 000 voitures.

L'Allemand chutait de 2,83% à 198,12 euros, alors que le second groupe, coté à Paris, montait de 0,51% à 17,65 euros.

Au Japon, la pénurie a aussi fragilisé le groupe de services et d'équipements informatiques Fujitsu (-8,13% à 19 985 yens) et le conglomérat industriel Hitashi (-1,91% à 6 650 yens). 

Les deux grandes banques européennes ayant publié leurs résultats jeudi ont révisé à la hausse leurs prévisions pour cette année: l'Italienne UniCredit gagnait 1,30% à 11,55 euros et la Britannique Lloyds montait de 1,33% à 49,61 pence. Son bénéfice a plus que doublé grâce à des reprises de provision et des recettes en hausse avec la reprise économique. 

Avant la BCE, l'euro restait stable face au billet vert à 1,1602 $ US vers 7h20, heure du Québec. 

Le bitcoin accélérait pour repasser au-dessus des 60 000 $ US (+3,40% à 60 930 $ US).

Sur le même sujet

Vers le 1er milliard d’utilisateurs de cryptomonnaies fin 2022

24/01/2022 | François Remy

LES CLÉS DE LA CRYPTO. 2021 a été une année historique pour les cryptomonnaies.

Bourse: Wall Street sauve les meubles et termine en hausse

Mis à jour le 24/01/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto rebondit en fin de journée mais termine quand même dans le rouge.

OPINION Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi
Mis à jour le 24/01/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: Wall Street termine en forte baisse, la Fed et Netflix font tomber les indices
Mis à jour le 21/01/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi
Mis à jour le 21/01/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

À la une

Ça rapporte d’investir dans des organismes communautaires

24/01/2022 | Emmanuel Martinez

Investir dans les organismes communautaires est bon pour l’économie, selon une étude de la firme AppEco.

Bourse: Wall Street sauve les meubles et termine en hausse

Mis à jour le 24/01/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto rebondit en fin de journée mais termine quand même dans le rouge.

À surveiller: Peloton Interactive, Metro et Innergex

24/01/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Peloton Interactive, Metro et Innergex? Voici quelques recommandations d’analystes.