Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Publié le 21/09/2021 à 08:27

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Publié le 21/09/2021 à 08:27

(Photo: Getty Images)

Les marchés européens rebondissaient mardi, effaçant une partie des pertes provoquées la veille par les inquiétudes autour du géant de l'immobilier chinois Evergrande, tandis que la major du disque Universal Music a réalisé une entrée fracassante à la Bourse d'Amsterdam. Une ouverture en hausse était au menu pour Wall Street vers 8h15, heure du Québec.

 

Les indices

Aux États-Unis, vers 8h00, les contrats à terme du Dow Jones haussaient de 235 points, ou de 0,69%, à 34 074 points. Ceux du S&P 500 montaient de 29,75 points, ou 0,68% à 4 378 points alors que ceux du Nasdaq augmentaient de 106,75 points, ou de 0,71%, à 15 116,25 points.

En Europe, les résultats étaient à la hausse. À Londres, le FTSE 100 prenait 1,19%. À Paris, le CAC 40 récoltait 1,39% et à Francfort, le DAX montait de 1,44%.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a perdu 2,17% et le Hang Seng de Hong Kong a haussé de 0,51%.

 

Le contexte

Les marchés japonais, fermés lundi, ont à l'inverse subi une journée tumultueuse: l'indice vedette de la place de Tokyo a perdu plus de 2%. 

Les marchés mondiaux avaient nettement baissé lundi, car ils s'inquiétaient de la capacité d'Evergrande, lourdement endetté, à faire face à ses obligations, ainsi que sur d'éventuels effets de contagion en cas de défaut du groupe chinois. Mais l'ambiance était plus rassérénée mardi. 

«Une éventuelle défaillance d'Evergrande pourrait constituer un frein important pour le secteur immobilier. Mais nous pensons que c'est loin d'être le Lehman chinois», assurent les analystes de Barclays, faisant référence à la chute de la banque américaine en 2008, lors de la crise des emprunts immobiliers «subprime», qui avait provoqué une onde de choc dans le système financier mondial.

Le président d'Evergrande a également affirmé à son personnel que son groupe «sortirait bientôt de sa période la plus sombre», a rapporté un média d'État. 

Mais Evergrande n'est pas la seule ombre qui inquiète les investisseurs. 

Les Etats-Unis présentent aussi un risque de défaut de paiement, si le Congrès n'arrive pas à s'entendre pour relever le plafond de la dette du pays. 

Le plafond de la dette est le montant de dette à partir duquel le pays ne peut plus émettre de nouveaux emprunts pour se financer, ce qui l'empêche d'honorer ses paiements.

Toutefois, «à ce stade, nous ne considérons pas que ces facteurs de risques pourraient faire dérailler durablement les marchés américains et européens, qui bénéficient encore du fort soutien de la Fed et de la BCE», détaille pour sa part Tangi le Liboux, analyste d'Aurel BGC. «Sans le parapluie» des rachats massifs d'actifs par les banques centrales, «il pourrait en être autrement. Mais c'est une question pour 2022», continue-t-il. 

La Réserve fédérale américaine (Fed) tient à partir de mardi et jusqu'à mercredi sa réunion monétaire. Les investisseurs s'attendent à ce qu'elle précise les modalités et le calendrier de la réduction progressive de son soutien au marché financier, par des rachats d'actifs massifs. Mais les marchés ne pensent pas que cela commencera avant novembre.

La puissante major de l'industrie musicale Universal Music Group (UMG), qui faisait ses premiers pas à la Bourse d'Amsterdam mardi, s'échangeait à 25,02 euros, soit plus de 35% au-dessus de son prix d'introduction.

À l'inverse, son ancienne maison mère, Vivendi, qui ne détient plus que 10% d'UMG, chutait de 13,66% à Paris. 

Comme la veille, les valeurs aériennes profitaient de la perspective d'une relance des trajets transatlantiques, avec l'ouverture annoncée du territoire américain aux voyageurs entièrement vaccinés en provenance du Royaume-Uni et de l'Union européenne.

IAG, maison mère de British Airways et Iberia, avançait de 4,43% à 174 pence à Londres. À Paris, Air France KLM gagnait 1,88% à 4,14 euros. Et Lufthansa prenait 3,53% à 8,97 euros à Francfort. 

À l'image des actions, les cours du pétrole rebondissaient sensiblement. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre, valait 74,96 dollars américains, en hausse de 1,37% vers 5h15, heure du Québec. 

À New York, le baril de WTI pour octobre, dont c'est le dernier jour de cotation, gagnait 1,44% à 71,15 $US.

L'euro reprenait 0,03% face au billet vert, à 1,1732 $US.

Le bitcoin en revanche n'arrivait pas à rebondir et perdait 0,89% à 43 150 euros.

 

Du côté du pétrole

Vers 8h00, le prix du baril de WTI américain montait de 1,02% à 71,01 $US et le baril de Brent de la mer du Nord augmentait de 0,80% à 74,72 $US.

Sur le même sujet

La Fed restreint fortement l'activité boursière de ses responsables

15:19 | AFP

Ces nouvelles conditions ont été mises en place à l'issue du passage en revue des règles d'éthiques lancé par la Fed.

Le revenant WeWork bien accueilli pour son entrée à Wall Street

11:15 |

Coté sous le symbole WE, le titre progressait jeudi de 13,39% à 11,77 dollars américains vers 11h00, heure du Québec.

OPINION Titres en action: Rogers, Shaw, American Airlines, Unilever, ...
10:40 | AFP et La Presse Canadienne
Bourse: le S&P 500 à un sommet
Mis à jour il y a 11 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
À surveiller: Tesla, Canadien National et Savaria

À la une

S'inquiéter d'une vague d’immigrants?

MAUDITE JOB! «Mon chèque de paie va-t-il bientôt diminuer parce que les employeurs embauchent à bas prix?»

En travail hybride? Faites gaffe aux «boys club»

RHÉVEIL-MATIN. Votre organisation doit faire l'effort d'inclure tous ses employés, même ceux qui travaillent à distance.

Bourse: le S&P 500 à un sommet

Mis à jour il y a 11 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. L'indice principal à la Bourse de Toronto affiche toujours des rendements négatifs.