Bourse: le S&P 500 bat un record

Publié le 03/08/2021 à 10:06, mis à jour le 03/08/2021 à 17:02

Bourse: le S&P 500 bat un record

Publié le 03/08/2021 à 10:06, mis à jour le 03/08/2021 à 17:02

(Photo: Getty Images)

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York, qui avait démarré hésitante, a conclu solidement en territoire positif mardi, inscrivant le S&P 500 à un record, portée par l'optimisme des résultats d'entreprises, sur fond d'inquiétudes autour d'un regain de l'épidémie.

La Bourse de Toronto a terminé la séance en petite hausse. Tous les secteurs ont conclu la journée dans le vert sauf celui des soins de santé.

 

Les indices

Le S&P/TSX de Toronto a terminé la séance avec un gain de 78 points, ou de 0,38%. L'indice composite cumulait 20 365 points.

À New York, le S&P 500 a pris 36 points, ou 0,82%, pour conclure la séance à 4 423 points, un record.

Le Dow Jones a augmenté de 278 points, ou de 0,8%, à 35 116 points.

Le Nasdaq s'est apprécié de 80 points, ou de 0,55%, à 14 761 points.

Le dollar canadien est resté stable (-0,02%) à 0,79 $US.

Le pétrole a baissé de 1,09% à 70,48 $US.

Le prix de l'or a diminué de 0,48% à 1 813 $US l'once.

Le bitcoin a chuté de 2,08% à 38 017 $US.

 

Le contexte

L'indice élargi S&P 500, plus représentatif du marché américain, a terminé la séance à 4 423 points, un nouveau sommet.

Au rang des résultats, les groupes d'habillement Ralph Lauren (+6,32%) et Under Armour (+7,48%) ont été salués pour avoir dopé leurs perspectives de ventes, signe d'une reprise des dépenses des consommateurs.

Mais les investisseurs avaient également à l'œil la poursuite du tour de vis règlementaire chinois sur les grandes entreprises et notamment le secteur des jeux vidéo.

«Il y a la préoccupation que la Chine continue à resserrer ses contrôles règlementaires sur les compagnies de technologie, après qu'un journal chinois, appartenant à l'État, a critiqué les jeux en ligne», soulignaient les analystes de Wells Fargo.

Le géant chinois de l'internet Tencent a été malmené en Bourse à Hong Kong après ces critiques contre «l'addiction aux jeux vidéo».

Les éditeurs chinois de jeux vidéo NetEase (-11,41%) et Bilibili (-7,06%), cotés sur le Nasdaq, ont pris la tasse.

 

Victoria's Secret s'envole

Toujours du côté des jeux vidéo, l'éditeur américain Activision Blizzard, en pleine tempête après avoir été accusé d'avoir laissé s'installer discrimination et harcèlement au sein de l'entreprise, a annoncé mardi le départ d'un responsable de la filiale Blizzard Entertainment. Le titre a chuté de 3,54% à Wall Street.

Le créateur de jeux vidéo Take-Two Interactive Software a vu son action plonger de 7,71% malgré de bons résultats, mais des prévisions décevantes.

PepsiCo, qui a annoncé la vente des jus Tropicana et Naked à un fonds d'investissements français pour 3,3 milliards de $US, est restée stable (+0,22%).

La marque américaine de lingerie Victoria's Secret s'est envolée de 26,61% pour sa première séance à Wall Street après la scission en deux entreprises indépendantes de sa maison mère L Brands.

L'application de courtage en ligne Robinhood, qui avait raté son introduction en Bourse la semaine dernière, dépassait pour la première fois le prix de son entrée en Bourse à 46,80 $US, bondissant de 24,20%.

Les rendements obligataires sur la dette américaine à 10 ans demeuraient à leur bas niveau de 1,72% contre 1,76% la veille.

 

Sur le même sujet

É-U: les détaillants optimistes, les achats de fin d'année ont pris de l'avance

26/11/2021 | AFP

Les consommateurs américains ont déjà dépensé 76G$US chez des détaillants en ligne depuis le début novembre.

Définissez votre stratégie d'investissement en deux mots

26/11/2021 | Philippe Leblanc

Pour définir sa stratégie d'investissement, il faut observer ses titres et se demander s'il y a une stratégie commune.

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour le 27/11/2021 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

27/11/2021 | François Normand

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…