Un actionnaire de Canada Goose trop contestataire

Publié le 16/03/2017 à 11:52

Un actionnaire de Canada Goose trop contestataire

Publié le 16/03/2017 à 11:52

Par François Remy

Manifestation à Toronto à l'occasion de l' «Indecent public offering» (peta.org)

En plus de protester en grande pompe lors de l'entrée en Bourse ce jeudi, le groupe de défense des droits des animaux PETA achète des titres pour avoir voix au chapitre des actionnaires. Canada Goose admet que ces protestataires pourraient peser négativement sur ses ventes.

Les loups de la Bourse avaient rendez-vous avec les coyotes de PETA. En ce jour de premier appel public à l'épargne de Canada Goose, des militants de Pour une éthique dans le traitement des animaux ont manifesté devant les parquets de Toronto et de Wall Street en signe d'opposition aux techniques de fabrication employées par l'équipementier canadien.

Vêtus en hommes et femmes d'affaires, le visage masqué, ils brandissaient des affichettes détournant le terme anglophone IPO en slogan «offre publique indécente».

«Canada Goose entre en Bourse et PETA sera parmi ses premiers actionnaires», a annoncé dernièrement l'organisation.

Elle compte en effet acheter le montant minimum d'actions requis pour avoir le droit d'assister et de prendre la parole lors des assemblées générales annuelles. L’objectif étant de soumettre des résolutions demandant à la société de cesser d'utiliser la fourrure de coyote dans ses vestes.

PETA a déjà utilisé cette tactique avec d'autres entreprises comme Lululemon, Hermes, Louis Vutton ou encore Prada.

Sang froid

Dans un prospectus financier daté de ce jeudi, Canada Goose reconnaît que ses activités pourraient être «défavorablement affectées par des protestataires ou des activistes».

La marque a déjà été prise pour cible dans le passé et continuera à l’être à l'avenir. «Les protestataires peuvent perturber les ventes de nos magasins ou utiliser les médias sociaux ou d'autres campagnes pour peser sur l'opinion publique à l’égard de nos produits», souligne l’entreprise.

Outre cet actionnaire retors, Canada Goose devra composer avec les attentes tièdes de certains intervenants de marché. À l'instar du gestionnaire de portefeuille d'Avenue Investment Management, Bryden Teich, qui semble garder son sang froid malgré l'enthousiasme entourant l'introduction du fabricant. Il se veut prudent quant aux perspectives de croissance de la société.

«C'est un produit de niche dans le commerce de détail, et tout le secteur est sous pression. Mis en parallèle avec l'endettement élevé des consommateurs canadiens, l'environnement se montre peu favorable», insiste Teich.

 

À suivre dans cette section

À la une

Oubliez Trump: c'est Obama qui a relancé l'emploi manufacturier

30/09/2020 | François Normand

C'est à partir de l’été 2010 que l'on commence à assister à la renaissance du secteur aux États-Unis.

L'action de Palantir grimpe de 34% à son premier jour en Bourse

Mis à jour le 30/09/2020 | AFP

Sous le symbole PLTR, le titre a commencé à être échangé vers 13H40.

L'incertitude grimpe entourant la vente d'usines de Bombardier à Spirit

L’entente devait initialement être conclue au mois de mai de cette année.