Nouvelle salve de Washington dans la guerre commerciale contre Pékin

Publié le 11/07/2018 à 06:48

Nouvelle salve de Washington dans la guerre commerciale contre Pékin

Publié le 11/07/2018 à 06:48

Par AFP

Les États-Unis ont tiré une nouvelle salve dans la guerre commerciale avec la Chine en dressant une liste supplémentaire de produits chinois importés d'un montant de 200 milliards de dollars par an qu'ils menacent de taxer dès septembre.

Ces nouvelles frictions ont provoqué l'inquiétude sur les places financières mondiales notamment en Asie. Les Bourses de Shenzhen et Shanghai ont chuté respectivement en clôture de 1,96% et 1,76% tandis que Hong Kong et Tokyo ont perdu 1,29% et 1,19%.

«Le marché ne s'attendait pas à ce que le deuxième lot de droits de douane arrive si vite et cela a entamé la confiance des investisseurs», a relevé Zhang Gang, un analyste de Central China Securities.

En Europe, la plupart des indices boursiers évoluaient en nette baisse, notamment à Londres où le FTSE-100 lâchait 1,35% vers 09H30 GMT.

«Depuis plus d'un an, l'administration Trump a patiemment demandé à la Chine de mettre fin à ses pratiques déloyales, d'ouvrir ses marchés et de se livrer à une concurrence basée sur les forces du marché», a affirmé le représentant américain au Commerce américain (USTR) Robert Lighthizer dans un communiqué.

«Malheureusement, la Chine n'a pas changé de comportement (...) et celui-ci menace l'avenir de l'économie américaine. Plutôt que de répondre à nos préoccupations légitimes, la Chine a commencé à prendre des mesures de rétorsion contre des produits américains. De telles actions sont injustifiables», a-t-il accusé.

En raison des processus légaux et de consultation, ces taxes ne pourront pas entrer en vigueur avant septembre si les États-Unis décident d'aller au bout de leur démarche, ont indiqué mardi à la presse des responsables de l'administration Trump.

Ces nouvelles mesures ne constituent pas une surprise car le président américain avait prévenu qu'il agirait de la sorte si Pékin optait pour l'escalade après la mise en oeuvre la semaine dernière des premières mesures protectionnistes américaines portant sur 34 milliards de dollars de produits chinois.

L'initiative annoncée mardi, qui prévoit l'instauration de tarifs douaniers de 10% sur les produits visés, enclenche le processus qui aboutira à leur application si les deux puissances économiques mondiales ne trouvent pas d'ici là un terrain d'entente.

Détruire

La Chine n'a pas tardé à réagir mercredi, avertissant qu'elle serait forcée de prendre des représailles en cas de nouveaux droits de douane américains. Dans un communiqué, le ministère chinois du Commerce a jugé «totalement inacceptables» les nouvelles menaces de Washington et dénoncé le "comportement irrationnel" des Etats-Unis ainsi que «l'hégémonisme commercial».

Un peu plus tôt, le vice-ministre du Commerce, Li Chenggang, avait estimé que les États-Unis voulaient détruire le commerce entre les deux pays. Pékin a aussi annoncé le dépôt immédiat d'une plainte additionnelle contre les États-Unis devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Les autorités chinoises avait accusé Washington la semaine dernière, après la première bordée de mesures américaines, d'avoir déclenché «la plus grande guerre commerciale de l'histoire économique».

Au total, ce sont 250 milliards de produits chinois importés aux Etats-Unis qui pourraient désormais être touchés, 16 milliards venant s'ajouter aux 34 milliards initiaux puis encore les 200 milliards annoncés mardi.

Donald Trump a d'ores et déjà menacé de ne pas s'arrêter là et de frapper plus de 400 milliards d'importations chinoises. Celles-ci ont représenté dans leur ensemble 505 milliards de dollars en 2017 et le solde des échanges entre les deux pays s'est traduit l'an dernier par un déficit de 375 milliards de dollars aux dépens des États-Unis.

S'y ajoutent les taxes de 10% sur les importations d'aluminium et de 25% sur celles d'acier qui visent la Chine et d'autres pays.

Washington accuse depuis l'été dernier Pékin de «transferts de technologies forcés» en obligeant les entreprises américaines qui veulent vendre en Chine à créer des co-entreprises qui les forcent à trouver des partenaires chinois, ces derniers profitant ainsi de la technologie américaine.

L'administration Trump, qui n'hésite pas à parler de «vol», demande à la Chine d'ouvrir davantage son marché en mettant fin aux barrières douanières et juridiques.

L'administration va maintenant organiser des auditions et des enquêtes concernant l'impact de ces tarifs douaniers supplémentaires, qui viseront des produits comme les poissons, les pneus, les articles en cuir, le bois, le papier et des produits chimiques. Le processus va prendre jusqu'à deux mois et s'accompagnera d'auditions qui permettront aux secteurs concernés de faire valoir leur arguments pour ou contre l'imposition de ces nouveaux tarifs.

Le différend sur la propriété intellectuelle avec la Chine n'est que l'un des fronts ouverts par Donald Trump dans son offensive protectionniste. Outre les taxes sur l'acier et l'aluminium qui s'appliquent à quasiment tous les partenaires commerciaux des Etats-Unis, il envisage de s'attaquer au secteur de l'automobile en visant notamment les importations allemandes.


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

Bourse: à Wall Street, le Dow Jones plonge de 3%

Mis à jour à 17:26 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Les acteurs du marché s’alarment devant la propagation à grande échelle de l’épidémie.

Titres en action: MTY, Air Canada, WSP Global...

06:47 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Mines: le Québec de moins en moins attractif

Ottawa et Québec «ne sont pas parvenus à proposer un climat attractif pour les investisseurs», déplore l'AMQ.