Nasdaq veut durcir les règles pour les entreprises des marchés émergents

Publié le 19/05/2020 à 15:18

Nasdaq veut durcir les règles pour les entreprises des marchés émergents

Publié le 19/05/2020 à 15:18

Par AFP

Nasdaq a suspendu l’action de l’entreprise dès avril et a prévenu Luckin Coffee la semaine dernière de son intention de la retirer de la cote. (Photo: 123RF)

Après des couacs impliquant des entreprises chinoises cotées à Wall Street, la plateforme boursière Nasdaq a indiqué vouloir durcir les règles pour les sociétés des pays émergents souhaitant bénéficier de ses services.

La Bourse électronique, qui héberge depuis son siège à Times Square les actions de milliers d’entreprises américaines et étrangères, a envoyé lundi au gendarme boursier des États-Unis, la SEC, plusieurs propositions de changements.

Nasdaq, qui met notamment en avant le « manque de transparence » dans certains pays, voudrait imposer aux sociétés souhaitant entrer en Bourse sur sa plateforme de compter au sein de la direction une personne bien au fait des pratiques en vigueur dans les entreprises cotées aux États-Unis. 

Le groupe souhaite également durcir les critères concernant les cabinets d’audit chargés de vérifier les comptes des entreprises. 

La plateforme boursière voudrait enfin exiger que les entreprises lèvent au minimum 25 millions de dollars ou un montant équivalent à au moins un quart de leur capitalisation.

Plusieurs affaires impliquant des entreprises chinoises cotées à New York ont éclaté ces derniers mois, relançant les interrogations sur la fiabilité des informations transmises. 

La chaîne chinoise de cafés Luckin Coffee, rivale du géant américain Starbucks en Chine, a notamment révélé début avril qu’un de ses dirigeants était accusé d’avoir falsifié ses chiffres sur les ventes. La direction a été débarquée la semaine dernière. 

Nasdaq a suspendu l’action de l’entreprise dès avril et a prévenu Luckin Coffee la semaine dernière de son intention de la retirer de la cote.

Les propositions de Nasdaq ont été bien accueillies par le responsable du gendarme boursier aux États-Unis, la SEC, qui a engagé une réflexion sur les risques liés aux investissements dans les pays émergents. 

Dans une interview à la chaine CNBC mardi, Jay Clayton a d’abord rappelé l’importance du contrôle des comptes des entreprises cotées par des cabinets d’audit indépendants. 

« Pour les entreprises non américaines qui émettent des actions sur des marchés américains, ces règles ont été assouplies de façon importante et on commence à se demander si cette situation doit perdurer », a-t-il déclaré. 

« On doit regarder si les règles destinées à protéger (les investisseurs), les mesures de contrôle de qualité, ne doivent pas s’appliquer aux entreprises basées dans les marchés émergents de la même façon, ou en tout cas de façon plus stricte qu’actuellement », a-t-il affirmé. 

La SEC a prévu de tenir le 9 juillet une table ronde sur « les risques liés aux investissements dans les marchés émergents, dont la Chine ». 

 

À suivre dans cette section


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre


image

Adjointes administratives

Mercredi 14 octobre


image

Femmes Leaders

Mercredi 21 octobre

Sur le même sujet

La Bourse en pause comme la reprise?

BLOGUE. Deux stratèges ne perdent pas espoir que les chouchous techno passent le bâton aux bénéficiaires de la reprise.

Nasdaq: une «saine correction», selon Fiera Capital

11/09/2020 | Denis Lalonde

BALADO. La récente correction du Nasdaq a permis de purger certains excès, soutient Nicolas Vaugeois, de Fiera Capital.

À la une

Voulons-nous vraiment vivre dans ce monde?

18/09/2020 | François Normand

ANALYSE - Cessons d'écouter ceux qui disent que le développement durable mine l'économie, car c'est faux: il la stimule.

La Bourse en pause comme la reprise?

BLOGUE. Deux stratèges ne perdent pas espoir que les chouchous techno passent le bâton aux bénéficiaires de la reprise.

La Bourse sur une perspective de 100 ans (partie II)

18/09/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. L'histoire du 20e siècle nous démontre que des changements majeurs sont à prévoir au 21e siècle.