Les employeurs ont moins de travail à donner

Publié le 28/01/2014 à 06:52

Les employeurs ont moins de travail à donner

Publié le 28/01/2014 à 06:52

Par lesaffaires.com

Photo: Bloomberg

Le marché de l’emploi québécois envoie le signal d’un ralentissement de l’activité économique. Plus d’organisations prévoient que le nombre d’heures travaillées par leurs employés diminuera, selon un sondage de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés sur les perspectives d’emploi au premier trimestre.

« La baisse des heures travaillées est une situation préoccupante qui nous laisse croire à un ralentissement dans les activités des organisations, s’inquiète Florent Francoeur, le pdg de l’Ordre, dans un communiqué. Cela aura certainement pour effet de limiter le nombre d'embauches au cours des prochains mois. Sans être alarmante, la stagnation du marché de l'emploi doit être surveillée de près, puisque le contexte démographique n'aidera en rien le retour à la croissance de l'économie québécoise. »

Au premier trimestre 2014, les deux tiers des employeurs prévoient que le nombre d’employés demeurera stable. La différence entre le pourcentage d’employeurs qui embaucheront et ceux qui réduiront la taille de leur effectif est positive à 13,6%, mais en baisse par rapport au trimestre dernier (+17,5%).

De plus, la majorité des augmentations salariales accordées ne dépasseront pas l’inflation. Ils sont 51% des employeurs à estimer que les augmentations sont comparables à l’inflation et 9% qui en accorderont une plus faible que l’inflation. Seulement 39% des employeurs contribueront à l’enrichissement de leurs mains-d'oeuvre en leur donnant une augmentation qui dépasse l’inflation.

 

À la une

Il faut concentrer les investissements en R-D, dit le Conseil de l’innovation du Québec

L’État devrait davantage concentrer les investissements en R-D dans certains secteurs, selon le Conseil de l’innovation.

Repreneuriat: des employés au rendez-vous

23/04/2024 | Emmanuel Martinez

REPRENEURIAT. Le taux de survie des coopératives est bien meilleur que celui des entreprises privées.

De nouvelles règles fiscales favorisent le repreneuriat familial

Édition du 10 Avril 2024 | Emmanuel Martinez

REPRENEURIAT. Elles devraient stimuler le transfert d'entreprise à des proches.