Le pétrole se ressaisit, nouveaux sommets en ligne de mire

Publié le 26/10/2021 à 09:39

Le pétrole se ressaisit, nouveaux sommets en ligne de mire

Publié le 26/10/2021 à 09:39

Par AFP

Les analystes de Goldman Sachs ont estimé dans une note dimanche que le cours du Brent pourrait dépasser 90 dollars d'ici la fin de l'année. (Photo: 123RF)

Londres — Après une première moitié de séance européenne dans le rouge, les cours du pétrole sont repartis à la hausse mardi tant les fondamentaux — offre contenue et demande qui repart — sont forts et à même d'éclipser tout épisode baissier.

Vers 9h30, heure du Québec, le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre, coté à Londres, se trouvait à l’équilibre par rapport à la clôture de lundi, à 85,99 dollars américains.

À New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour le même mois s'appréciait de 0,19% à 83,92 dollars.

Les deux contrats de référence approchaient de leurs précédents records pluriannuels atteints la veille: le WTI avait alors fait une incursion au-dessus de 85 dollars pour la première fois depuis octobre 2014 et le Brent avait flirté avec son précédent sommet de 2018.

«L'offre étroite et une demande en constante augmentation» constituent le principal moteur des cours du pétrole, explique Naeem Aslam, analyste d'Avatrade.

Le report d'une partie de la demande de gaz et de charbon, dont les prix ont fortement augmenté à l'approche de l'hiver dans l'hémisphère nord, participait également à l'environnement haussier des cours du brut.

Poussant cet argument, les analystes de Goldman Sachs ont estimé dans une note dimanche que le cours du Brent pourrait dépasser 90 dollars d'ici la fin de l'année.

L'annonce d'une rencontre entre l'Iran et l'Union européenne combinée à des prises de bénéfices avaient quelque peu lesté les cours du brut plus tôt dans la journée.

Le vice-ministre iranien chargé du dossier nucléaire Ali Baghéri rencontrera en effet cette semaine à Bruxelles le négociateur européen Enrique Mora pour discuter d'une reprise des négociations à Vienne, a annoncé lundi à l'AFP le porte-parole du chef de la diplomatie européenne.

Suspendues depuis juin, ces négociations entre la République islamique d'un côté et l'Allemagne, le Royaume-Uni, la Chine, la France et la Russie de l'autre, ont pour objectif de sauver l'accord conclu en 2015 censé empêcher Téhéran de se doter de l'arme nucléaire, avant que les États-Unis ne le dénoncent unilatéralement en mai 2018.

Si les négociations venaient à aboutir, l'allègement des sanctions entraînerait le retour sur le marché d'un volume important d'or noir, aujourd'hui sous embargo.

Sur le même sujet

Les pétrolières hésitent à dépenser malgré leur production automnale record

La production de pétrole en Alberta en octobre s’élevait à 119 millions de barils, un record mensuel sans précédent.

Pétrole: l'OPEP+ continue d'ouvrir les vannes malgré la menace Omicron

Mis à jour le 02/12/2021 | AFP

Cette décision des membres de l'OPEP+ concernant une poursuite de leur politique a déclenché une chute des cours.

À la une

6. Calendrier de l'avent des affaires: le journaliste

Le calendrier de l'avent des affaires, concocté par Olivier Schmouker... Délicieusement diabolique!

Enregistrer son écran peut maintenant être un achat local

LA TECHNO PORTE CONSEIL. Un joueur québécois du nom de Berrycast fait aussi dans l’enregistrement d’écran.

Les nouvelles du marché

Il y a 37 minutes | Refinitiv

Vaccination contre Omicron, BMO, croissance de l’emploi aux Etats-Unis, Didi sort du NYSE, et impôt minimum mondial.