Le patron de SNC craint de voir des employés quitter pour des concurrents

Publié le 20/03/2019 à 13:30

Le patron de SNC craint de voir des employés quitter pour des concurrents

Publié le 20/03/2019 à 13:30

Par La Presse Canadienne
Des gens consultent un plan d'ingénieur.

(Photo: 123RF)

En plus de fragiliser SNC-Lavalin (SNC), une interdiction d'obtenir des contrats fédéraux risque de contraindre plusieurs employés à passer dans le giron de concurrents étrangers, croit le président et chef de la direction de la firme d'ingénierie.

C’est ce qu’a indiqué Neil Bruce, mercredi, au cours d’une entrevue avec La Presse canadienne, alors que l’entreprise québécoise est toujours au cœur d’une tempête politique qui continue d’ébranler le gouvernement Trudeau.

Il a estimé que la compagnie n’a jamais, contrairement à certains politiciens, cité l’importance de protéger quelque 9000 emplois au Canada afin de justifier la nécessité de conclure une entente dans le but d’éviter un procès criminel.

Selon M. Bruce, un accord de réparation relève plutôt de l’intérêt public, puisque plusieurs des salariés de SNC pourraient être contraints de se trouver du travail chez les concurrents américains ou européens de la multinationale si cette dernière ne peut soumissionner sur des contrats fédéraux pendant une décennie.

La firme établie à Montréal fait face à des accusations de fraude et de corruption pour des gestes qui auraient été posés en Libye entre 2001 et 2011. Cette affaire a coûté cher au premier ministre Justin Trudeau, qui a vu deux de ses ministres ainsi que son plus proche conseiller démissionner.

Ironiquement, a affirmé M. Bruce, près de 75 % des rivales de SNC ont conclu des accords de réparation, où une entreprise paye une amende salée en plus de respecter une série de conditions en échange d’un abandon des accusations, dans leurs pays d’origine et peuvent obtenir des contrats fédéraux au Canada.

Le grand patron de la firme d’ingénierie a dit qu’il ignorait toujours pourquoi les procureurs fédéraux et l’ex-procureure générale Jody Wilson-Raybould ont refusé de négocier un accord de réparation avec l’entreprise.


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

DevOps

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

Sur le même sujet

Decathlon s'amène à Boisbriand; la concurrence s'intensifie

10/04/2019 | Martin Jolicoeur

Après Brossard, la multinationale française s'apprête à attaquer le marché de la rive-nord de Montréal.

Nouvelle amende en vue pour Google à Bruxelles

15/03/2019 | AFP

Ce serait sa troisième amende par la Commission européenne, gardienne de la concurrence en Europe.

À la une

À surveiller: Bombardier, Goldman Sachs et Aritzia

08:58 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Bombardier, Goldman Sachs et Aritzia? Voici quelques recommandations d'analystes.

L'industrie du cannabis, ce feu de paille de la Bourse

BALADO. La journaliste Dominique Beauchamp s'est penchée sur la baisse de moitié de la valeur du secteur en 12 mois.

Les produits de vapotage au cannabis deviendront légaux jeudi

Certaines sociétés de cannabis au Canada prévoient une augmentation substantielle de leurs ventes.