La Banque Royale hausse ses provisions pour mauvaises créances

Publié le 27/05/2020 à 15:08

La Banque Royale hausse ses provisions pour mauvaises créances

Publié le 27/05/2020 à 15:08

Par La Presse Canadienne
Un logo de la Banque Royale.

(Photo: 123RF)

Une augmentation massive des provisions pour mauvaises créances, attribuable à la pandémie de COVID-19, a forcé la Banque Royale à enregistrer une baisse de 54% de son bénéfice au deuxième trimestre.

L'institution financière a haussé ses provisions pour pertes sur prêts de 2,4 milliards $ dans ses divisions de services bancaires personnels et commerciaux, des marchés des capitaux et de gestion de patrimoine.

«Nous avons agi rapidement pour soutenir nos clients, notamment en accordant un allégement de paiement à plus de 490 000 d'entre eux afin qu'ils puissent rediriger leur argent là où ils en avaient le plus besoin», a affirmé mercredi le chef de la direction de la Royale, Dave McKay, aux analystes lors d'une conférence téléphonique.

Mais M. McKay a assuré aux analystes que les niveaux de capitaux de la banque restaient supérieurs aux minimums réglementaires, «ce qui nous donne une base solide pour affronter ces risques de front».

Le bénéfice net de la Banque Royale pour le trimestre terminé le 30 avril a reculé à 1,48 milliard $, comparativement à celui de 3,23 milliards $ affiché il y a un an.

Cette baisse était principalement attribuable aux provisions de 2,83 milliards $ pour pertes sur créances, en hausse par rapport à celles de 426 millions $ du même trimestre l'an dernier.

Le bénéfice net par action de la Royale s'est établi à 1,00$, en baisse par rapport à celui de 2,20$ de l'an dernier.

Le profit ajusté a pour sa part atteint 1,03$ par action, en baisse comparativement à celui de 2,23$ par action affiché un an plus tôt.

Les analystes s'attendaient en moyenne à un bénéfice ajusté de 1,59 $ par action pour le trimestre, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.

L'analyste John Aiken, de Barclays Capital, a estimé dans une note de recherche que la Banque Royale avait adopté une approche très conservatrice à l'égard des pertes sur créances liées à la COVID-19.

«Même si nous croyons que le conservatisme de la Royale permettra de réaliser de meilleurs bénéfices à l'avenir, nous craignons que la comparaison des bénéfices par rapport à ses pairs pour ce trimestre ne pèse sur sa valorisation», a-t-il écrit.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

Sur le même sujet

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?

Banques: de bonnes notes pour la Royale, la Nationale, la TD et la CIBC

29/05/2020 | Denis Lalonde

BALADO. BMO et la Scotia font moins bonne figure, dit Steve Bélisle, de Gestion de placements Manuvie.

À la une

Bourse: Wall Street rattrapée par l'inquiétude liée à la COVID

Mis à jour à 16:42 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS.

Titres en action: Samsung Electronics, TC Énergie

Mis à jour à 10:59 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Le taux de chômage canadien devrait plafonner à 11% au 2e trimestre

Selon l'OCDE, il devrait dépasser le taux atteint pendant la crise financière.