GameStop de retour à Wall Street: feu de paille ou marathon?

Publié le 25/02/2021 à 13:32

GameStop de retour à Wall Street: feu de paille ou marathon?

Publié le 25/02/2021 à 13:32

Par AFP

Le titre a décollé de plus de 100 % mercredi et grimpait de près de 65 % jeudi. (Photo: 123RF)

Après avoir fait trembler le monde de la finance fin janvier en raison d’une frénésie d’achats spéculatifs, la chaîne de magasins de jeux vidéo GameStop (GME) refait à nouveau parler d’elle à Wall Street.

Le titre a décollé de plus de 100 % mercredi et a grimpé de plus de 18 % jeudi, une volatilité extrême qui a conduit l’opérateur boursier à le suspendre temporairement.

Coup de projecteur sur le nouvel épisode de cette saga boursière, qui passionne au-delà des cercles financiers tant certains veulent y voir l’opposition entre les petites gens et les barons de la finance.

 

Pourquoi cette nouvelle envolée ?

La brusque hausse de GameStop, cotée au Nasdaq sous le symbole GME, a débuté au lendemain de l’annonce de la démission de son directeur financier, Jim Bell, qui quittera officiellement ses fonctions le 26 mars.

Cette décision n’est pas motivée par « un désaccord avec l’entreprise sur tout sujet ayant trait aux activités, aux règlements ou aux pratiques de l’entreprise », a assuré GameStop dans un document transmis au gendarme boursier américain.

Toutefois, selon le site Business Insider, qui cite des sources anonymes proches du dossier, M. Bell aurait été « mis à la porte » par l’homme d’affaires Ryan Cohen, récemment entré au capital et au conseil d’administration de la firme. 

M. Cohen a la réputation de bousculer les dirigeants des entreprises dont il est actionnaire pour qu’elles mettent en pratique les recettes qui, selon lui, mettront la société sur la voie du succès.

Au-delà du départ du responsable financier, il n’y a pas véritablement de nouvelle information justifiant la nouvelle flambée du titre GameStop.

La prise de participation au sein de GameStop de M. Cohen, co-fondateur du site de vente en ligne de produits pour animaux Chewy, avait été l’un des éléments déclencheurs de la brusque ascension boursière de l’entreprise fin janvier.

Dans le sillage de GameStop, d’autres actions particulièrement appréciées des petits porteurs, souvent qualifiées de « meme stocks » ou actions populaires sur les forums internet, profitaient de la nouvelle vague spéculative.

C’était notamment le cas du fabricant de casques audio Koss (+58 %) ou de la chaîne de cinémas AMC (+13 %). 

 

Que s’est-il passé en janvier ?

Fin janvier, une armée d’investisseurs amateurs, échangeant notamment leurs conseils et opinions sur un populaire forum du site Reddit, avait décidé de se porter massivement sur GameStop, faisant grimper son prix en Bourse.

En agissant de la sorte, ces boursicoteurs avaient notamment souhaité donner tort à de grands fonds d’investissement et des barons de Wall Street, qui avaient au contraire parié sur un effondrement de GameStop, au vu de ses résultats financiers médiocres, de son modèle économique visiblement dépassé et de ses perspectives de croissance moroses.

Des analyses ultérieures ont montré que l’épopée GameStop ne s’apparentait pas uniquement à un combat entre David (les petits porteurs) et Goliath (les fonds spéculatifs) et que d’autres grands fonds avaient aussi cherché à en profiter.

Le « combat » s’était déplacé sur les plateaux de télévision et au Congrès où les différents protagonistes ont été passés sur le gril.

Les parlementaires cherchent à savoir si des fonds spéculatifs et des plateformes de courtage pour particuliers, comme Robinhood, ont tenté de manipuler le marché pour limiter les pertes des financiers professionnels.

Mercredi, l’investisseur Charlie Munger, célèbre partenaire d’affaires du milliardaire Warren Buffett, a déploré la mentalité consistant à se jeter en masse sur des titres en vogue, comparant cette attitude à des paris hippiques. Il a égratigné au passage Robinhood.

 

Est-ce que la hausse peut durer ?

Après un pic de clôture à plus de 347 dollars le 27 janvier, l’action GameStop était retombée aux alentours de 40 dollars vendredi dernier.

Elle s’échangeait jeudi à environ 151 dollars.

Au regard de ces vifs mouvements, il est difficile de savoir si le titre va se maintenir, remonter voire dépasser son prix du mois dernier ou bien s’effondrer.

Sur Reddit, les membres du forum WallStreetBets étaient en tout cas bien décidés à tout faire pour soutenir l’action.

« J’ai l’impression que les gens qui conservent GME depuis le mois dernier sont bloqués au sommet de l’Everest et nous avons construit un hélicoptère de sauvetage avec du papier aluminium et des pièces automobiles usagées », écrivait un internaute utilisant le pseudonyme Healthy_Mammooth_1066.  

« Tenez-bon, mains diamantées (expression du jargon Reddit pour qualifier un investisseur décidé à occuper une position en dépit des risques, NDLR). L’aide est en train d’arriver. »

À la une

Québec scellera bientôt le sort de Lithium Amérique du Nord

16/04/2021 | François Normand

ANALYSE - Trois entreprises seraient encore dans la course pour acheter la minière: une québécoise et deux étrangères.

Entrepreneuriat: le «trou noir» afflige le Québec

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

La pérennité des nouvelles entreprises est faible dans la province, démontre une étude de l’UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.