Ce graphique montre l'impact des taux sur le budget des Canadiens

Publié le 25/10/2017 à 11:07

Ce graphique montre l'impact des taux sur le budget des Canadiens

Publié le 25/10/2017 à 11:07

Par Stéphane Rolland

Photo: Banque du Canada

Les consommateurs canadiens auront moins d’argent dans leur poche dans les deux prochaines années, anticipe la Banque du Canada. La hausse des taux d’intérêt réduira la marge de manœuvre des ménages, prévient la banque centrale.

«La hausse des taux d’intérêt a fait augmenter le coût des nouveaux emprunts et du service de la dette, peut-on lire dans le rapport détaillé sur la politique monétaire. Les coûts d’emprunt plus élevés sont susceptibles de freiner les dépenses des ménages, en particulier leurs achats de biens durables et de logements.» 

Source Banque du Canada et Statistique Canada

La banque centrale s’attend à ce que les dépenses de consommation soient plus sensibles aux hausses des taux d’intérêt que lors des cycles passés de resserrement de la politique monétaire. Le coupable: l’endettement élevé des ménages. L’endettement des ménages représentait 167,8% de leurs revenus disponibles au deuxième trimestre.

La nervosité aurait déjà gagné les Canadiens quant à de prochaines hausses des taux d’intérêt, selon un sondage du syndic de faillite MNP publié lundi. Quatre Canadiens sur dix pensent que d’autres hausses pourraient leur apporter des «problèmes financiers», toujours selon le coup de sonde. Le tiers des personnes sondées affirme déjà sentir les effets des hausses de juillet et de septembre.

Sans surprise, la Banque du Canada a annoncé aujourd’hui qu’elle maintenait son taux directeur à 1%. Le marché du travail n’aurait pas encore atteint son plein potentiel, ce qui tempère les risques d’une poussée inflationniste.

Maintenant, lisez Et si la Banque du Canada relevait ses taux à 3%?

À la une

Les entreprises doivent se préparer à l’indépendance de l’Écosse

14/05/2021 |

ANALYSE. La victoire des indépendantistes le 6 mai et le Brexit favorisent une victoire du «oui» lors d'un référendum.

Charl-Pol: loin des grosses mains de Jos Tremblay

14/05/2021 | Emmanuel Martinez

L’entreprise Charl-Pol, de Saguenay, a cent ans.

CPQ: la pandémie n'a pas gommé la pénurie de main-d'oeuvre

Mis à jour le 12/04/2021 | Catherine Charron

L'immigration est la solution que souhaitent privilégier les entreprises sondées.