Bombardier: entente de principe ratifiée pour 2400 travailleurs syndiqués

Publié le 09/12/2019 à 06:47

Bombardier: entente de principe ratifiée pour 2400 travailleurs syndiqués

Publié le 09/12/2019 à 06:47

Par La Presse Canadienne

Les travailleurs chargés de la finition des avions d'affaires des séries 6500 et 7500 de Bombardier ont ratifié l'entente de principe intervenue plus tôt cette semaine entre l'avionneur et leur syndicat.

Unifor a annoncé par communiqué dimanche que ses membres l'ont entérinée dans une proportion de 75 pour cent, en assemblée générale au Palais des congrès de Montréal.

L'entente de trois ans avait été conclue dans la nuit de lundi à mardi, soit trois jours avant que la convention collective ne vienne même à échéance.

Elle touche quelque 2400 travailleurs, membres de la section locale 62 du syndicat, qui est affilié à la FTQ.

Selon Unifor, elle comprend notamment des hausses salariales annuelles de 2,5 pour cent, une augmentation des rentes de retraite et de raccordement ainsi qu'un mécanisme pour une meilleure stabilité d'emploi en rapatriant la sous-traitance externe avant de procéder à des mises à pied.

À suivre dans cette section


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

Sur le même sujet

Les difficultés de Bombardier Transport pèsent sur son rachat

Mis à jour le 10/08/2020 | AFP

La fusion elle-même ne semble toutefois pas remise en cause.

Alain Bellemare nommé consultant chez Carlyle

Alain Bellemare a été président et chef de la direction de Bombardier de 2015 à mars dernier.

À la une

Ottawa lance un Programme de récupération d’aliments excédentaires

Au total, environ 12 millions de kilos d’aliments seront redistribués, du poisson à la volaille en passant par les œufs.

À surveiller: Savaria, Metro et Dollarama

Que faire avec les titres de Savaria, Metro et Dollarama? Voici quelques reommandations d'analystes.

Nike, Adidas et Puma perdent des milliards à cause de la COVID-19

CHRONIQUE. La «machine à cash» s'est grippée d'un coup d'un seul. Le déconfinement la sauvera-t-elle?