Yellow: les banquiers sévissent

Publié le 29/09/2011 à 13:18, mis à jour le 29/09/2011 à 15:09

Yellow: les banquiers sévissent

Publié le 29/09/2011 à 13:18, mis à jour le 29/09/2011 à 15:09

Par Dominique Beauchamp

Marc Tellier, président et chef de la direction de Yellow Média. Photo : LesAffaires.com

Au lendemain de l’élimination du dividende et de la dévaluation d’actif, on apprend que ce sont les banquiers ayant prêté 1 milliard de dollars à Yellow Media qui sont derrière les deux décisions rapprochant la valeur de la société de zéro.

Une clause du financement bancaire empêche désormais la société de verser des dividendes ordinaires et à racheter des actions ordinaires, privilégiées et des billets, si sa cote de crédit tombe dans la catégorie de pacotille.

Cette contrainte a été déclenchée lorsque que Standard & Poor’s a déclassé la cote de crédit de Yellow Media, en août, dans la catégorie de pacotille bien que le financement venait à échéance en février 2013.

«  Cette restriction du crédit bancaire n’était pas connue du marché », note Adam Shine, de la Financière Banque Nationale, dans un rapport publié le 20 septembre.

Avec un crédit diminué de moitié, Yellow Media gagne un peu de temps puisque son nouveau financement n’aura pas à être renouvelé avant l’automne prochain, ajoute-t-il.

Puisque Yellow Media rencontrera facilement les nouvelles contraintes de son nouveau financement, soit un ratio dette-bénéfice d’exploitation maximum de 3,4 fois, M. Shine accorde une valeur nominale de 0,24 $ à l’action de Yellow Media, soit un multiple de 3,5 fois son bénéfice d’exploitation prévu en 2012 semblable à ceux d’autres médias.

PLUS :

Yellow: Tellier garde la foi

Yellow Media: Marc Tellier doit-il quitter?


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Le Québec brille à l'international dans les poudres métalliques

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. En matière de fabrication additive, l'un des points forts du Québec les plus souvent évoqués est...

La COVID-19 a stimulé la demande de fabrication additive

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. C'est l'une des belles histoires positives qui apportent un peu de contraste à cette sombre crise.

Le grand défi de l'adoption de la fabrication additive

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. Avec 35 % des ventes mondiales, les États-Unis représentent le premier marché pour la fabrication...