Titres en action: Sun Life, Lightspeed, Banque Nationale...

Publié le 02/12/2020 à 07:15, mis à jour le 02/12/2020 à 14:09

Titres en action: Sun Life, Lightspeed, Banque Nationale...

Publié le 02/12/2020 à 07:15, mis à jour le 02/12/2020 à 14:09

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises:

(Repassez nous lire de temps à autres 
pour ne pas manquer de mise à jour)

La Financière Sun Life (SLF, 56,64$) a annoncé mercredi que son président et chef de la direction prendrait sa retraite l’année prochaine. L’assureur établi à Toronto a précisé que Dean Connor, âgé de 64 ans, quitterait la Sun Life le 6 août. L’actuel vice-président général et directeur financier de la société, Kevin Strain, deviendra président et membre du conseil d’administration le 15 février. Il assumera les fonctions de chef de la direction lorsque M. Connor prendra sa retraite et continuera à travailler en tant que directeur financier jusqu’à ce que la société lui nomme un remplaçant, au cours du premier semestre de 2021. M. Strain s’est joint à la Sun Life en 2002, lorsque Sun Life a fait l’acquisition de la compagnie d’assurance Clarica. Il est devenu directeur financier en 2017. M. Strain a lancé Placements mondiaux Sun Life, qui porte aujourd’hui le nom de Gestion d’actifs PMSL, et a contribué à l’expansion de l’entreprise au Vietnam et en Malaisie. Après l'annonce, le titre flanchait de 0,70% à la Bourse de Toronto. 

 

Lightspeed POS (LSPD, 71,49$) accroit sa présence en sol américain en acquérant le fournisseur de logiciels de getion de restaurant Upserve Inc à la société de portefeuille de Vista Equity Partners. Elle versera une somme de 430 millions de dollars américains (M$ US), répartie en 123 M$ US en espèces et l’émission d’un maximum de 5 895 365 actions à droit de vote subalterne. Cette transaction, pour laquelle Lightspeed a été accompagné par RBC Marchés des capitaux, est assujettie aux ajustements du fonds de roulement après la clôture. En s’alliant avec l’entreprise du Rhode Island, qui a généré un chiffre d’affaires d’environ 40 M$ US entre septembre 2019 et 2020, Lighspeed souhaite accélérer le développement de sa solution PDV afin de répondre aux nouveaux besoins des restaurateurs depuis le début de la pandémie. Ça permet aussi à la société montréalaise de faire grandir ses parts de marché aux États-Unis en mettant les pieds dans 7000 nouveaux établissements, près d'un mois après l’acquisition de ShopKeep. «Cette acquisition renforce la dynamique de croissance de Lightpeed à la suite de l’inscription de l’entreprise au New York Stock Exchange», peut-on lire dans un communiqué.

 

La Banque Royale du Canada (RY, 107,04$) a dépassé les attentes en déclarant que son bénéfice du quatrième trimestre avait légèrement augmenté par rapport à il y a un an, grâce à des gains dans ses activités sur les marchés financiers. La banque affirme avoir gagné près de 3,25 milliards $ ou 2,23 $ par action diluée pour le trimestre clos le 31 octobre, contre près de 3,21 milliards $ ou 2,18 $ par action diluée un an plus tôt. Les revenus ont totalisé 11,09 milliards $, en baisse par rapport aux 11,37 milliards $ au même trimestre l’an dernier. Le total de la dotation à la provision pour pertes de crédit a été de 427 millions $, contre 499 millions $ il y a un an et 675 millions $ au troisième trimestre. Sur une base ajustée, RBC affirme avoir gagné 2,27 $ par action diluée pour son dernier trimestre, contre un bénéfice ajusté de 2,22 $ par action diluée il y a un an. Les analystes s’attendaient en moyenne à un bénéfice ajusté de 2,05 $ par action, selon la société de données financières Refinitiv.

 

La Banque Nationale du Canada (NA, 73,43$) a essuyé au quatrième trimestre un recul de son bénéfice net par rapport à la période correspondante de 2019: il est passé de 604 millions $ à 492 millions $. Le résultat dilué par action a quant à lui reculé de 1,67 $ à 1,36 $.   L’institution dont le siège social est à Montréal fait toutefois observer que son résultat net excluant les éléments particuliers a légèrement avancé, de 612 millions $ à 615 millions $. Quant au résultat net de la Banque Nationale pour l’ensemble de l’exercice terminé le 31 octobre dernier, il se chiffre à 2 083 milliards $, ou 5,70 $ par action diluée, par rapport à 2 322 milliards $, ou 6,34 $ par action diluée pour l’exercice 2019. La Banque Nationale rapporte que la croissance du résultat avant dotations aux pertes de crédit et charge d’impôts a été atténuée par l’augmentation significative des dotations aux pertes de crédit à la suite de la détérioration importante des perspectives macroéconomiques causée par la COVID-19 et des répercussions anticipées sur ses clients. Le président et chef de la direction de la Banque Nationale, Louis Vachon, soutient tout de même que les résultats ont été excellents. Il a noté une hausse de 7 % du revenu total en 2020 et à son avis, la performance globale durant la pandémie a confirmé que la Banque Nationale a fait les bons choix stratégiques en matière de gestion des risques et d’allocation du capital. Par ailleurs, le conseil d’administration de la Banque Nationale déclare un dividende de 0,71 $ par action ordinaire pour le trimestre se terminant le 31 janvier 2021. Ce dividende sera versé le 1er février prochain aux détenteurs d’actions ordinaires inscrits au registre de la Banque le 28 décembre 2020.     

 

Sur le même sujet

Bourse: que retenir des résultats des banques et perspectives 2021

04/12/2020 | Denis Lalonde

BALADO. Quelles banques ont offert les meilleures performances au 4e trimestre? Hélène Paradis commente.

À surveiller: Banque Nationale, Lightspeed et MTY

Mis à jour le 03/12/2020 | Dominique Beauchamp

Que faire avec les titres de Banque Nationale, Lightspeed et MTY?

À la une

Ascension de GameStop: la révolte des boursicoteurs contre les barons de Wall Street

09:20 | AFP

Retour sur une «révolte» boursière et ce qu'elle révèle de la lutte entre jeunes investisseurs et barons de la finance.

Actions de BlackBerry et GameStop: doit-on se lancer?

S'il est tentant de suivre la tendance poussée par les réseaux sociaux, il s'agit avant tout d'un pari boursier.

Une série de bulles met-elle le marché en danger?

BLOGUE. Les exemples de spéculation se multiplient, mais la peur de bulles est, espérons-le, saine.