Que mijote Mediagrif? L'action regagne 7%

Publié le 14/02/2019 à 16:07

Que mijote Mediagrif? L'action regagne 7%

Publié le 14/02/2019 à 16:07

Par Dominique Beauchamp

Avec 24% des actions, le PDG Claude Roy souhaite passer le flambeau.

Mine de rien, l’action de Technologies interactives Mediagrif (MDF, 10,76$) s’est appréciée de 7% depuis le 8 février.


La majorité de ce gain a devancé les résultats sans surprise du troisième trimestre dévoilés en soirée mercredi.


Les investisseurs flairaient-ils une amélioration des résultats ou encore espéraient-ils une mise au point du comité formé après la décision du PDG et principal actionnaire Claude Roy de passer le flambeau?


«Le comité continue d’évaluer les mérites de diverses options. Nous ne croyons pas que le conseil d’administration s’impose un échéancier quelconque», évoque Maher Yaghi de Desjardins Marché des capitaux.


Relisez Mediagrif pourrait valoir de 12 à 17$ dans une offre


Le mystère reste donc entier, mais de plus forts volumes d’actions échangées les 7 et 13 février attirent l’attention des investisseurs, confie Brian Pow, d’Acumen Capital, qui dit avoir reçu des appels de clients à cet égard.


L’analyste se gratte la tête bien que le silence de M. Roy, qui ne retourne pas ses appels, l’intrigue.


Des résultats satisfaisants


Il est vrai qu’au troisième trimestre, les revenus de 20,9 millions de dollars de Mediagrif ont été meilleurs ou moins pires que prévu, selon les prévisions.


La croissance interne de 1,6% des revenus, sans l’effet des acquisitions, est faible mais elle s’améliore depuis trois trimestres, note M. Yaghi.


De plus, le fournisseur déficitaire de solutions de commerce électronique Orckestra, acquis en juin 2017, a doublé ses revenus au troisième trimestre, note Amr Ezzat, analyste chez Echelon Partners.


La plateforme de commerce inter-entreprises la plus solide du groupe, InterTrade, a aussi accru ses revenus trimestriels d’encore 300 000 $, comme elle le fait depuis le quatrième trimestre de 2016.


Les revenus trimestriels des sites grand public LesPac, Jobboom et Réseau Contact ont aussi augmenté de 2,1%, comparativement à une croissance anémique de 1,1% au trimestre précédent et à une décroissance de 2% deux trimestres plus tôt.


«La progression est trop anémique pour ré-évaluer le titre, mais c’est une amélioration quand même», écrit M. Ezzat.


L’analyste signale aussi que la dette a encore reculé de 15,5 à 14,2M$.


«Le rendement que procurent les flux de trésorerie limite le risque de déclin du titre. Par contre, il manque un déclic pour que la société soit revalorisée en Bourse», ajoute M. Ezzat.


L’analyste croit encore que les pièces de Mediagrif valent plus que le tout.


Pour s'ajuster à la contraction de la marge ajustée d’exploitation de 29,7 à 26,3%, depuis un an, il abaisse tout de même son cours cible de 15 à 13,50$.


Son collègue M. Yaghi recommande encore de conserver  titre, bien qu'une offre pourrait soulever son cours. L’analyste de Desjardins maintient son cours-cible de 12$.


Répétant que la société fait du surplace, Richard Tse, de la Financière Banque Nationale, ne touche pas à son cours cible de 12$ ni à sa recommandation neutre.


 


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Cronos Group affiche d'importantes pertes au 4e trimestre

Toutefois ses revenus au quatrième trimestre sont trois fois plus importants qu’à la même période l’année précédente.

Pouvez-vous vraiment vous fier aux gourous de la finance?

25/03/2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Une intelligence artificielle (IA) vient de découvrir qu'il faut être fou pour écouter leurs prédictions!

À la une

Est-ce la tâche du gouvernement de sauver nos sièges sociaux?

BLOGUE INVITÉ. Le gouvernement doit tout faire pour éviter que certaines entreprises dites stratégiques soient vendues.

Que faut-il savoir sur Huawei?

Les consommateurs apprécient ses appareils, mais les États s'inquiètent de la proximité entre l'entreprise et Pékin.

À surveiller : Loblaw, BRP et Blackberry

Que faire avec les titres de Loblaw, BRP et Blackberry? Voici quelques recommandations d’analystes.