Prometic se recapitalise, ce qui charcute 91% de sa valeur

Publié le 15/04/2019 à 15:48

Prometic se recapitalise, ce qui charcute 91% de sa valeur

Publié le 15/04/2019 à 15:48

Par Dominique Beauchamp
Du plasma sanguin.

(Photo: 123rf.com)

Moins de quinze jours après avoir annoncé être à court de liquidités, Prometic Sciences de la vie (PLI, 0,085$) se recapitalise, convertit sa dette en actions et nomme un nouveau président.


C’est dire à quel point les pourparlers étaient avancés lorsque les «graves difficultés financières» de Prometic (PLI, 0,085$) ont éclaté au grand jour, le 3 avril.


Comme lors de toute recapitalisation, l’avoir des actionnaires existants s’évapore, bien que leurs actions actuelles leur donneront le droit de souscrire de nouvelles actions ordinaires au prix de 0,0152$ chacune, soit 91% de moins que le cours actuel avant le refinancement.


Le nombre d’actions en circulation explosera en effet de 730 millions à 25,6 milliards, estime Endri Leno, de la Financière Banque Nationale, qui prévoit un futur regroupement des actions.


Ayant été incapable de réunir des capitaux propres malgré des «efforts considérables» depuis deux ans, le spécialiste des protéines dérivées du plasma sanguin est contraint de remanier sa structure de capital pour survivre, explique le communiqué de presse.


La famille Thomson, encore à la rescousse


Son principal créancier, la société d’investissement de la richissime famille Thomson, Thomvest Asset Management, deviendra le principal actionnaire (80,7%) en convertissant une dette de 229 millions de dollars en actions à 0,1521$ chacune, mais avant la conversion potentielle d’autres bons de souscription.


Cette conversion réduira la dette due à Thomvest de 229 à 10M$ et économisera 9 millions de dollars en intérêts par année.


Stefan Clulow, directeur général des placements de Thomvest, siège déjà au conseil de Prometic. Thomvest a ausi obtenu la réduction du prix d’exercice des quelque 148 millions bons de souscription qu’elle détenait déjà.


Prometic compte aussi récolter 75 M$ dans un placement privé de 4,9 milliards d’actions, dont 50 M$ auprès du fonds d'investissement newyorkais Consonance Capital Management, spécialisé dans le secteur de la santé.


Les courtiers Raymond James et Stifel, Nicolaus & Co. tenteront d’écouler 25M$ d’actions.


Avec 15,87% des actions, Consenance aura le droit de désigner un observateur au conseil jusqu’à l’inscription du titre au Nasdaq, après quoi il pourra nommer un candidat au poste d’administrateur.


On apprend également que le Dr Simon Best redevient administrateur principal et cède la présidence à un autre administrateur, Kenneth Galbraith, directeur général de Five Corners Capital depuis 2013.


M. Galbraith cumule 30 ans d'expérience à titre de haut dirigeant, d'administrateur, d'investisseur et de conseil de sociétés de biotechnologie et des soins de la santé. Il a notamment été cadre chez le spécialiste QLT des maladies oculaires jusqu'en 2000.


Encore plusieurs ficelles à attacher


Le placement privé de 75M$ devrait permettre à Prometic de terminer la mise au point de son traitement vedette, le Ryplazim et le PBI-4050 quant aux indications de maladies rares. Ce placement devrait se clore le 23 avril.


Le Ryplazim, qui vise à traiter les carences en plasminogène chez les patients atteints de déficience congénitale, attend l’approbation du gendarme américain des médicaments avant d’être commercialisé.


Le PBI-4050 est une petite molécule avec plusieurs indications potentielles donc la fibrose pulmonaire idiopathique et le syndrome de Alstrom, mais surtout pas les immunodeficiences. Sa mise au point a été mis sur la glace faute de fonds pour la recherche clinique.


 


 


La société espère que la recapitalisation, la nouvelle haute direction et l’élimination de la dette l’aideront à attirer des partenaires commerciaux pour atteindre ses objectifs cliniques et de commercialisation.


Le communiqué laisse entendre que des investisseurs américains seraient plus ouverts qu’avant à investir dans Prometic depuis que l’ex-PDG controversé Pierre Laurin a quitté, en décembre 2018.


Lazard Frères & Co. a toujours pour mandat de conclure un partenariat de licence pour le Ryplazim et la vente de certains actifs non essentiels.


Ces deux «opérations prometteuses» ne pourront être complétées avant le deuxième semestre, indique la société.


Si ses actionnaires ordinaires existants exerçaient tous leurs droits, 75M$ de plus entreraient dans les coffres.


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Prometic est à court de liquidités, son action chute de 30%

Une recapitalisation et d'autres levées de fonds sont nécessaires pour poursuivre les activités.

Bas-Saint-Laurent: une pépinière de biotechnologies marines

Édition du 09 Février 2019 | Pierre Théroux

FOCUS RÉGIONAL: BAS-SAINT-LAURENT — Iso-BioKem se situe dans un marché très ...

À la une

La lutte contre le gaspillage alimentaire continue

Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne

AGRI-AGRO. L'industrie alimentaire cherche à s'adapter aux nouvelles exigences des consommateurs, de plus en plus...

Le taux directeur demeure inchangé à 1,75%

Mis à jour il y a 43 minutes | La Presse Canadienne

Sa révision à la baisse de la croissance fait suite au brusque ralentissement de l’économie canadienne à la fin de 2018.

À surveiller: CP, TFI et Stryker

Que faire avec les titres de CP, TFI et Stryker?