Prêts problématiques: la Laurentienne «n’est pas encore tirée d’affaire»

Publié le 30/05/2018 à 12:06

Prêts problématiques: la Laurentienne «n’est pas encore tirée d’affaire»

Publié le 30/05/2018 à 12:06

Par Stéphane Rolland

La Banque Laurentienne (LB) n’a pas encore mis l’affaire des prêts problématiques complètement derrière elle. Le jour où l’institution financière ferme le dossier des prêts vendus à un tiers, elle a dévoilé d’autres informations liées aux prêts assurés par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL). Les investisseurs ont réagi négativement : le titre perd plus de 5% en avant-midi. 


Après la fermeture mardi, la banque régionale montréalaise a annoncé que l’audit sur les prêts problématiques vendus à un tiers (dévoilés en décembre dernier) était maintenant complété. Elle a confirmé qu’elle devra racheter l’équivalent de 295 M$ en prêts vendus à un tiers. C’est 9 M$ de moins que précédemment estimé. De ces prêts, 70% viennent du réseau de succursales et 30% de la filiale B2B.


Par contre, l’étendue des prêts problématiques assurés par la SCHL est plus grande que prévu. En raison d’ «erreurs cléricales», l’organisme gouvernemental aurait assuré des prêts qui n’étaient pas admissibles. La Laurentienne estime maintenant qu’elle devra racheter entre 213 et 238 M$ en prêts à cause de cette erreur. Cela représente entre 125 M$ et 150M$ de plus que la précédente estimation de 88 M$. Ce chiffre sera confirmé à la fin de l’audit qui devrait être terminé d’ici la fin de l’exercice 2018 (31 octobre prochain).


En conférence avec les analystes, le PDG de la Laurentienne, François Desjardins, a dit que ce développement était positif. «Je suis satisfait des progrès que nous avons réalisés, même si tout n’est pas terminé, a-t-il déclaré. Nous pensons que les apprentissages tirés de cette expérience vont nous aider à mieux gérer notre entreprise.»


Le banquier a fait un lien avec son plan de transformation «qui ne vise pas seulement à réduire les coûts, mais à améliorer les processus». «Ça démontre que nous devons éliminer les erreurs humaines des processus (avec le développement de technologie)», commente M. Desjardins, en réponse à un analyste.


Pour sa part, Gabriel Dechaine, de Financière Banque Nationale, ne voit pas l’annonce sous un angle positif. La Laurentienne «n’est pas encore tirée d’affaire», selon lui. « Nous sommes consternés de voir encore un nombre matériel de prêts qui devront être remboursés.»


La direction a réitéré que les prêts problématiques concernés n’étaient pas de mauvais prêts et que leur rachat n’aurait pas de conséquences négatives sur la Laurentienne. Par contre, M. Dechaine s’inquiète des répercussions indirectes. L’analyste pense que les marges sont à risque si les coûts de financement augmentent. Les investissements nécessaires pour éviter que l’erreur ne se reproduise pourraient entraîner des coûts supplémentaires. La direction pourrait aussi devoir renoncer à certaines avenues de croissance en raison de cette affaire, craint l’analyste.


Comme son collègue cité plus haut, Robert Sedran, de CIBC Marchés des mondiaux, n’est pas inquiet des implications directes de l’affaire, mais ils appréhendent les répercussions opérationnelles. Peu importe les résultats de la banque, l’histoire sera une distraction pour les investisseurs. Pour cette raison, il pense que l’action méritera de s’échanger sous sa valeur comptable (ce qui représenterait une aubaine, en théorie). Il abaisse ainsi sa recommandation de «performance de secteur » à « souperformance ». Il abaisse sa cible de 55$ à 49$. Cela représente un multiple de 0,9 fois la valeur comptable.


La Laurentienne doit dévoiler ses résultats du deuxième trimestre 2018, vendredi.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

Sur le même sujet

Banques: à quoi s'attendre au deuxième trimestre

Mis à jour le 15/05/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. À cinq jours des résultats du 2e trimestre pour les banques, les attentes des analystes sont bien modestes.

La Laurentienne doit confondre les sceptiques!

Édition du 23 Mars 2019 | Stéphane Rolland

ANALYSE. Maintenant qu'elle a conclu une entente avec ses employés syndiqués, la Banque Laurentienne ...

À la une

Guerre commerciale : Xi a un atout dans sa manche contre Trump

24/05/2019 | François Normand

ANALYSE - Ces minerais stratégiques pour l'industrie américaine procure un rapport de force à la Chine.

L'inégalité, l'un des principaux enjeux des élections européennes, dit Olivier Royant du Paris Match

25/05/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. La place de la politique régionale grandit dans la publication, qui s'intéresse à «l'aventure humaine».

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour le 25/05/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. Même les pros ne savent pas sur quel pied danser.