Pourquoi la Banque Royale est-elle la favorite des courtiers américains?


Édition du 21 Septembre 2019

Pourquoi la Banque Royale est-elle la favorite des courtiers américains?


Édition du 21 Septembre 2019

Par Dominique Beauchamp

Ces derniers sont prudents envers les banques canadiennes parce que la croissance des bénéfices de celles-ci ralentit alors que la dette au pays atteint 117 % du produit intérieur brut, un seuil nettement supérieur à celui des autres pays industrialisés. Le nombre de faillites d'entreprises a aussi augmenté de 3,4 % depuis un an, note Mike Rizvanovic, de Credit Suisse. De plus, le mince écart entre les taux à court et à long terme comprime les marges des institutions au moment où les provisions pour pertes sur prêts commencent à augmenter. Dans ce contexte plus exigeant, M. Rizvanovic estime que la Banque Royale est la moins «risquée». Son portefeuille de prêts est le moins exposé aux industries les plus endettées, dit-il, après avoir examiné le ratio qui mesure la capacité financière des entreprises à honorer leurs dettes par secteurs. Par contre, son titre est déjà plus cher de 10 % par rapport à ses rivales, relève l'analyste. Maria Semikhatova, de Citigroup, préfère la Banque Royale parce que les banques BMO et TD réalisent le tiers de leurs revenus aux États-Unis. Leur rentabilité ressentira donc davantage les trois baisses du taux directeur de la Fed américaine que prévoit Citigroup d'ici la fin de 2020.

À la une

Bourse: Wall Street finit la semaine en hausse, moins anxieuse d'une récession et de l'inflation

Mis à jour le 24/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de près de 350 points.

Bourse: un parallèle avec le début des années 2000

24/06/2022 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Je suis en train de lire «No Rules Rules» écrit par Reed Hastings, le cofondateur de Netflix.

Le français, notre langue d'affaires

BLOGUE INVITÉ. Soyons fiers de cette langue rassembleuse qui rythme nos vies depuis des générations.