Placement : UBS recommande chaudement la Banque Royale

Publié le 03/08/2010 à 14:18

Placement : UBS recommande chaudement la Banque Royale

Publié le 03/08/2010 à 14:18

Photo : Bloomberg

UBS fait une « recommandation clé » d'achat sur l'action de la Banque Royale (RBC) en raison de sa position « dominante sur le marché » et de ses capitaux excédentaires importants.

Selon UBS, la RBC continue de maintenir des positions d'affaires dominantes dans tous ses segments d'affaires tout en augmentant ses parts de marchés. De plus, la banque canadienne a un très haut rendement, entre 18 et 20%, elle n'utilise pas trop de levier et a des capitaux excédentaires. Ces capitaux en trop pourraient rapporter des rendements importants à la RBC, selon UBS.

La RBC a toutefois une exposition supérieure à la moyenne aux marchés des capitaux, un segment qui continue d'être volatile par les temps qui courent. UBS souligne également que, comme les autres banques, la RBC est exposée aux risques reliés aux changements règlementaires possibles.

La RBC remplace d'ailleurs la Banque Scotia parmi les titres bancaires canadiens préférés d'UBS. L'analyste Peter Rosenberg soutient que les perspectives, pour les 12 prochains mois, de la RBC sont plus réjouissantes. La Banque Scotia conserve toutefois sa recommandation d'achat puisque UBS apprécie les perspectives de croissance dans les marchés émergents qui lui sont associés.

Parmi les autres titres canadiens appréciés par UBS, on retrouve Quebecor, Canadian Tire, Barrick Gold, Suncor Energy et Onex.

 

À la une

Commerce Québec-France: allez, on peut en faire plus!

ANALYSE. Les premiers ministres Gabriel Attal et François Legault ont plaidé pour hausse majeure de nos échanges.

Oatbox à l’assaut de l’Ontario avec le Fonds de solidarité FTQ

12/04/2024 | Emmanuel Martinez

Le fabriquant de boisson d'avoine montréalais Oatbox a reçu 5M$ du Fonds de solidarité FTQ.

Bourse: Toronto perd près de 1%

Mis à jour le 12/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les tensions géopolitiques et l’inflation ont déprimé les investisseurs à la Bourse de New York.