Le nouveau pari caféiné de Coca-Cola

Publié le 31/08/2018 à 11:53

Le nouveau pari caféiné de Coca-Cola

Publié le 31/08/2018 à 11:53

Par Dominique Beauchamp

À chaque grosse transaction par une société bien en vue, les commentateurs évoquent d’abord leur surprise avant de critiquer le trop fort prix payé et la lenteur d’action de l’acquéreur.


Coca-Cola (KO,44,66$US) et son achat de Costa Coffee pour 6,6 milliards de dollars – son plus gros achat d’une marque - n’échappe pas à ce tordeur médiatique étant donné la stagnation de ses revenus et de son titre qui exaspère ses actionnaires. 


Le vendeur britannique Whitebread Plc reçoit une plus-value «substantielle» et environ 1,3 milliard de dollars américains de plus que prévu pour sa filiale mise aux enchères.


Les analystes britanniques de Canaccord Genuity parlent d’un généreux multiple de 16 fois le bénéfice d’exploitation.


C’est le prix à payer pour percer tardivement l’un des rares segments des breuvages encore en croissance (6%) – les breuvages chauds - tout en obtenant une portée instantanément mondiale, explique bien candidement le PDG de Coca-Cola, James Quincey, un Britannique lui-même familier avec la marque Costa et ses 4000 points de vente, rappelle aussi l’agence Reuters.


Les deux marques partagent d’ailleurs la même couleur rouge.


M. Quincey compte bien exploiter l’énorme plateforme de distribution de Costa - des grains de café et aux cafés froids en cannettes et en  bouteilles - ainsi que le réseau de machines distributrices Costa Express, dans un marché encombré et ultraconcurrentiel. Le cagé prêt-à-boire est en forte croissance aux États-Unis.


Le patron depuis 2016 reconnaît que la vente au détail n’est pas naturelle pour Coca-Cola, mais assure qu’il ira puiser dans le savoir-faire des dirigeants de Costa, dans une entrevue au Wall Street Journal.


Les bistrots Costa aux États-Unis ne sont pas prévus, mais Coca-Cola compte offrir les machines distributrices aux stations d’essence, universités et restaurants à servics rapide qu’elle sert déjà.


Pour rivaliser les nouveaux partenaires Starbucks (SBUX, 55,32$US) et Nestlé (NSRGY, 83,82$US) «Coca-Cola était l’une des seules entreprises dans le monde qui pouvait justifier de débourser un tel prix», croit Nicholas Hyett, analyste britannique de Hargreaves Lansdown.



« Coca-Cola obtient une marque de grande qualité à laquelle la société accordera beaucoup de soin et d’attention »


Tous les géants de boissons gazeuses cherchent de nouveaux moteurs de croissance alors que les consommateurs fuient de plus en plus le sucre.


PepsiCo. (PEP, 111,99$US) vient d’acquérir le fabricant israélien de la machine à gazéifier l’eau Sodastream pour 3,2 G$US, tandis que Keurig Green Mountain a fusionné Dr. Pepper Snapple (KDO, 22,96$US $US) dans une fusion de 18,7G$US en juillet dernier.


Encore la Chine


Les ambitions chinoises de Costa Coffee ne sont sûrement étrangères à cet achat inattendu.


Costa veut tripler à au moins 1200 le nombre de ses cafés-bistrots en Chine d’ici 2022, avait révélé la société lors du rachat de son partenaire chinois Yueda en juillet dernier.


Les ventes de boissons chaudes ont plus que doublé en Chine au cours des cinq dernières années dans un marché estimé à 34 milliards de dollars américains, selon GlobalData.


 


 


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Le dangereux déclin des classes moyennes

19/04/2019 | François Normand

ANALYSE - Depuis 40 ans, la classe moyenne a reculé dans les 36 pays de l'OCDE. Voici les causes et les solutions.

Le parti communiste perdra-t-il le monopole du pouvoir en Chine?

19/04/2019 | François Normand

BALADO - Quatre scénarios sont possibles pour l'avenir de la Chine, selon un récent livre. Lequel est le plus probable?

Déjà-vu: Metro a tout pour plaire, sauf son évaluation

BLOGUE. Metro performe bien, mais son évaluation est plus élevée qu'avant place la barre encore plus haute.