À surveiller: Couche-Tard, Valener et Minto

Publié le 26/11/2018 à 08:09

À surveiller: Couche-Tard, Valener et Minto

Publié le 26/11/2018 à 08:09

Par Dominique Beauchamp

Que faire avec les titres de Couche-Tard, Valener et Minto? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée. 

Couche-Tard (ATD.B, 65,76$): à quoi s’attendre mercredi?

Keith Howlett, de Desjardins Marchés des capitaux, se dit un peu fébrile à l’avant-veille des résultats du deuxième trimestre d’Alimentation Couche-Tard étant donné la réaction plus forte du titre aux résultats qu'auparavant.

Au cours des deux derniers trimestres, le titre s'est apprécié de 6,7% et de 4,5% le jour des résultats, tandis qu’il a perdu 4,8 % au troisième trimestre de 2017 et de 6,5% au troisième trimestre de 2018, précise-t-il.

Au cours des 21 derniers trimestres, la société a surpassé les prévisions à douze reprises, a répondu aux attentes deux fois et a raté la cible sept fois, rappelle aussi l’analyste.

Le titre a tout de même réagi positivement lors de 16 des 21 derniers trimestres.

Pour ajouter au suspense, l’action de Couche-Tard vivote depuis deux ans malgré des résultats forts respectables et les rapports favorables des analystes.

Les marges d’essence à la pompe, la réglementation des cigarettes et la transition vers les voitures électriques, entre autres, ont suscité l’inquiétude, mais ce sont surtout les ventes par dépanneur comparable décevantes aux États-Unis qui ont affligé le titre.

Le rebond de 4,2% de ces ventes aux États-Unis (de 7,5% en Europe et de 6,6% au Canada) au premier trimestre a redonné confiance cette année bien que l’été particulièrement chaud tant en Amérique et qu'en Europe ait stimulé les déplacements en voiture, explique M. Howlett.

L’analyste croit que la barre minimum à passer est une croissance de 2,5 % des ventes par dépanneur comparable aux États-Unis pour satisfaire les investisseurs.

M. Howlett table sur une amélioration de 4,5% des ventes par dépanneur comparable aux États-Unis, tandis que le bénéfice prévu de 0,82$US (en hausse de 3,7%) se compare aux prévisions de 0,73 à 0,88$US de l’ensemble des analystes.

Alimentation Couche-Tard a réitéré son objectif de doubler sa taille d’ici cinq ans, mais elle accorde cette fois autant d’emphase à la croissance interne qu'aux acquisitions.

«La société fait appel à la technologie pour mieux connaître ses clients, raffiner le marketing et moduler son offre alimentaire. De récents tests de mets sont très concluants. Ces initiatives sont très positives, mais elles auront peu d’impact à court terme», explique M. Howlett.

En bout de ligne, l’analyste renouvelle sa recommandation d’achat et son cours-cible de 74$.

Valener (VNR, 19,66$): l’actionnaire d’Energir fait mieux que prévu


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

Sur le même sujet

Titres en action: Air Canada, Apple, General Motors...

07:00 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Au tour des aubaines de briller en Bourse

Édition du 21 Septembre 2019 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les secteurs sous-évalués ou ceux ayant moins participé jusqu'ici à l'élan boursier séduisent de ...

À la une

Le journal Les Affaires change de propriétaire

Mis à jour à 13:15 | lesaffaires.com

TC Transcontinental vend la majorité de ses actifs de médias spécialisés et activités événementielles.

L'Auberge qui ne voulait pas fermer l'hiver

Édition du 21 Septembre 2019 | Claudine Hébert

PME DE LA SEMAINE. Julie Ménard a fait le pari que l'auberge pouvait rouler tout au long de l'année. Elle avait raison.