À surveiller: Banque Nationale, Banque Royale et BRP

Publié le 02/12/2021 à 09:53

À surveiller: Banque Nationale, Banque Royale et BRP

Publié le 02/12/2021 à 09:53

Par Jean Gagnon
Le logo de la Banque Royale.

La Banque Royale a divulgué pour son 4e trimestre un bénéfice par action de 2,71$, alors que le consensus des analystes prévoyait 2,81$. (Photo: 123RF)

Que faire avec les titres de Banque Nationale, Banque Royale et BRP? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

 

Banque Nationale (NA, 95,84$): l’analyste de Desjardins abandonne sa recommandation d’achat

Le titre de la banque québécoise n’échappe pas au recul qui fait rage sur les marchés boursiers présentement ayant perdu environ 8% de sa valeur depuis un peu plus d’une semaine. Et la divulgation de ses résultats du 4e trimestre hier matin n’a rien fait pour aider, semble-t-il, car le titre a reculé de près de 3,5 % durant la séance.

Les bénéfices par action ont été de 2,21$ alors que Doug Young, analyste chez Desjardins, avait prévu 2,22$ par action. Mais lorsque mesuré sur la base avant impôts et provision pour pertes, les bénéfices ont été de 8% inférieurs à la prévision de l’analyste. Toutes les divisions ont raté ses prévisions, la plus importante étant le secteur des marchés des capitaux.

Conséquence de ces résultats, l’analyste abandonne sa recommandation d’achat pour le titre et suggère maintenant de simplement conserver le titre. Il diminue son cours cible de 108$ à 105$, estimant qu’il y a peu de place présentement pour une expansion de son multiple d’évaluation.

De plus, l’analyste rappelle que le succès de la banque repose beaucoup sur les marchés des capitaux, et il craint un ralentissement dans ce secteur au cours de la prochaine année.

Toutefois, parmi les éléments positifs, l’analyste note les tendances au chapitre du crédit où les mauvais prêts et les radiations nettes ont diminué par rapport au trimestre précédent, ainsi que la croissance de 12% des prêts au Canada.

De plus, la banque entend implanter un programme lui permettant de racheter jusqu’à 2% de ses actions en circulation. La direction annonce également une hausse de son dividende trimestriel de 23%.

Mais au chapitre des facteurs qui inquiètent, l’analyste cite les bénéfices avant impôts et provisions des opérations bancaires canadiennes qui ont été de 3% inférieurs à sa prévision à la suite principalement d’un ralentissement des activités de sa clientèle sur le marché obligataire.

 

 

Banque Royale (RY, 125,74 $): malgré des résultats décevants, le message de la direction demeure très positif

Sur le même sujet

La Banque Nationale ne ressent pas l'impact financier d'Omicron, pour le moment

La Banque Nationale devra également composer avec la montée de l’inflation en 2022.

La Banque Nationale est la plus récente à reporter son plan de retour au bureau

La banque a demandé à ses employés de travailler à distance s’ils le pouvaient, selon le porte-parole de la Nationale.

À la une

Palmarès WOW: les bons citoyens corporatifs ont la cote

«Il y a deux ou trois ans, on était plus dans l’expérientiel,[...] là c’est davantage de parler au cœur des gens».

Garantie de construction résidentielle: un répertoire d’entreprises ayant perdu leur accréditation

Un nouvel outil à consulter avant de signer un contrat avec un entrepreneur

Bourse: Wall Street termine dans le rouge, correction pour le Nasdaq

Mis à jour à 17:06 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine en baisse.