À surveiller : Transat, Intertape Polymer et Dorel

Publié le 15/03/2019 à 07:45

À surveiller : Transat, Intertape Polymer et Dorel

Publié le 15/03/2019 à 07:45

Par Stéphane Rolland


Dorel (DII.B., 13,96$) : encore des moments difficiles


Les choses devraient s’améliorer chez Dorel, mais le spectre d’un ralentissement économique mondial plus prononcé pourrait menacer les efforts de redressement dans les trois segments de l’entreprise, croit Sabahat Khan, de RBC Marchés des capitaux.


Au quatrième trimestre, les divisions «sport» et «produit de puériculture» ont «continué d’afficher des signes de faiblesse», mais la déception dans le segment «maison» a surpris, M. Khan. Les difficultés prolongées des segments «sport » et «produits de puériculture» ont forcé l’entreprise à effectuer une dépréciation comptable de ses actifs d’un montant de 501 M$.


La société a aussi réduit son dividende annuel de moitié, passant de 1,20$ à 0,60$. La décision pourrait être liée au besoin de refinancer pour 120 M$ en débentures convertibles en novembre.


La direction a annoncé un plan de redressement qui devrait apporter des économies d’ici la fin de l’année 2019. Par contre, l’analyste veut attendre les résultats avant de se montrer plus optimiste.


Il maintient sa recommandation «performance de secteur», mais abaisse sa cible, qui passe de 24$ à 16$.


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Du numérique à la brique: le virage de BonLook

Découvrez pourquoi l'entreprise a décidé d'ouvrir plus d'une trentaine de points de vente physiques.

Du numérique à la brique: la transition de Frank and Oak

17/04/2019 | Catherine Charron

Voici pourquoi l'entreprise a pris la décision d'ouvrir des points de vente physiques.

Le taux directeur demeure inchangé à 1,75%

Mis à jour à 11:25 | La Presse Canadienne

Sa révision à la baisse de la croissance fait suite au brusque ralentissement de l’économie canadienne à la fin de 2018.