À surveiller: Bombardier, Québecor et Stantec

Publié le 24/02/2023 à 08:50

À surveiller: Bombardier, Québecor et Stantec

Publié le 24/02/2023 à 08:50

Par Dominique Beauchamp

Stantec (STN, 77,61$): l’ingénieur-conseil est incontournable même si le titre grimpe un peu trop vite

Dans un contexte économique et boursier incertain, les résultats record et les perspectives supérieures aux attentes ont eu un effet bœuf sur le titre de l’ingénieur-conseil qui a bondi de plus de 12% en cours de séance le 23 février.

Les revenus ont crû de 23,4% à 1,130 milliard de dollars, et de 10,6% sans l’effet des acquisitions, un total qui correspond aux attentes.

Le contrôle de divers coûts a propulsé la marge d’exploitation à 17%, nettement mieux que la marge prévue de 15,7%. Le bénéfice net de 0,82$ par action a aussi surpassé le consensus de 0,71$.

Même si les marges ont bénéficié de plusieurs facteurs, dont la météo clémente, l’avancement de gros projets, le fort taux d’utilisation des effectifs américains et le déclin de la rémunération en actions, Maxim Sytchev de la Financière Banque Nationale assure que le trimestre n’est pas une «aberration» et rappelle que les perspectives pour 2023 dépassent aussi le consensus.

La société a aussi surpassé ses propres objectifs grâce à la croissance des revenus plus forte que prévu aux États-Unis (de 31,3 % ou de 13,5% sans les acquisitions) et à la météo plus clémente au Canada qui a prolongé certains travaux extérieurs.

En réaction au bond de l’action, Maxim Sytchev juge que le sursaut en Bourse est «trop exubérant». Il l’attribue au fait que Stantec n’a pas bénéficié de l’effet de résultats affaiblis un an plus tôt contrairement à certains de ses semblables ce qui indique une croissance de qualité.

La croissance interne des revenus de Stantec a aussi dépassé celle de son groupe-repère nord-américain depuis le premier trimestre de 2022, ajoute-t-il.

Malgré cette appréciation, l’analyste continue de croire que le titre est incontournable dans le secteur industriel en raison de son positionnement avantageux aux États-Unis (51 % des revenus) et dans les secteurs clés de l’environnement et l’eau.

À ses yeux, les investisseurs doivent participer au secteur américain de l’infrastructure au moment où les autres segments industriels offrent des perspectives peu visibles, fait-il valoir en utilisant même des majuscules pour le verbe «doivent», dans son rapport.

Le carnet de commandes a légèrement baissé par rapport au troisième trimestre, mais de nouveaux contrats d’envergure le regarniront dès le premier trimestre, avant même les projets de la loi américaine sur la réduction de l’inflation, prévoit l’analyste.

En plus, un bilan sain, soit une dette 1,6 fois supérieure au bénéfice d’exploitation ajusté, procure aussi à la société les moyens de considérer d’autres acquisitions.

Maxim Sytchev augmente le cours-cible de son titre favori de 78 à 89$, soit un multiple inchangé de 14,5 fois le bénéfice d’exploitation qu’il prévoit en 2024.

 

 

 

Sur le même sujet

À surveiller: Industries Lassonde, Amazon et Bombardier

21/09/2023 | lesaffaires.com

Que faire avec les titres d'Industries Lassonde, Amazon et Bombardier? Voici quelques recommandations d’analystes.

À surveiller: Bombardier, Transat A. T. et Empire

18/09/2023 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Bombardier, Transat A.T. et Empire? Voici quelques recommandations d'analystes.

À la une

Éric Provost devient président de la Banque Laurentienne; Rania Llewellyn quitte

Il y a 42 minutes | La Presse Canadienne

Mme Llewellyn était présidente et chef de la direction depuis 2020.

Philanthropie: des gens d'ici ont reçu moins que des miettes

01/10/2023 | Emilie Laperrière

La modification des règles était une demande très forte dans le secteur de la bienfaisance.

Centraide: sur le terrain au quotidien

Édition du 10 Mai 2023 | Amélie Légaré

PHILANTHROPIE. Entrevue avec Marie-Lyne Brunet, vice-présidente développement social à Centraide du Grand Montréal.