À découvrir sur les marchés (11 déc)

Publié le 11/12/2009 à 14:04

À découvrir sur les marchés (11 déc)

Publié le 11/12/2009 à 14:04

Fusions, coups fumants, erreurs stratégiques, percée fulgurante… Le monde des affaires évolue à chaque jour. Une fois par semaine, notre équipe de journalistes présente un titre à découvrir et fait le point sur un titre ou un secteur particulier.

PLUS : Cinq titres à surveiller

Cette semaine, on vous fait découvrir DreamWorks et on fait le point sur les banques canadiennes.

À découvrir

Le cinéma 3D aidera DreamWorks à croître

DreamWorks Animation passe à l'offensive. Le réalisateur de films d'animation, dont la populaire série Shrek, continuera d'augmenter son bénéfice grâce à la diffusion de huit films en trois dimensions (3D) entre 2010 et 2012, à la hausse du nombre de projections dans les cinémas 3D et au nombre de séries télévisées produites.

D'ici 2012, le bénéfice de DreamWorks pourrait presque doubler à 3 $ par action, et ses liquidités, presque tripler à 9 $ US par action. Jeffrey Logsdon, analyste chez BMO Marchés des capitaux, établit sa cible d'un an à 42 $ US.

Ses collègues sont plus prudents, car ils jugent difficile de prédire le succès des futurs films. Néanmoins, tous s'attendent à ce que How to Train Your Dragon, dont la sortie est prévue en mars 2010, soit populaire et offre de bons débouchés pour les produits dérivés.

Le nombre d'écrans 3D dans le monde passera de 7 700 à 10 000 d'ici mai 2010.

 

ZOOM

Banques : jeu de chaise musicale

Les investisseurs ne devraient pas se laisser influencer par les fluctuations à court terme des actions des banques, car les gestionnaires de portefeuille les font bien souvent jouer à la chaise musicale.

La plupart d'entre eux détiennent en effet des actions des six grandes banques, car elles comptent pour 20 % de la valeur de l'indice S&P/TSX. Toutefois, les gestionnaires cherchent à surpasser le rendement du sous-indice bancaire en privilégiant une banque plutôt qu'une autre, en fonction de son mérite par rapport à ses rivales. Autrement dit, les gestionnaires préfèrent les institutions dont les résultats sont susceptibles de surpasser les prévisions ou celles qu'ils jugent boudées par les investisseurs.

Ainsi, bien que la Banque Royale ait rapporté une hausse de 10 % de son bénéfice au quatrième trimestre, et qu'elle soit l'institution qui affiche le capital de base le plus élevé, son bénéfice net ajusté de 0,88 $ par action était inférieur de 16 % au consensus des analystes. Par contre, le bénéfice de la Banque de Montréal a surpassé les prévisions de 16 % au quatrième trimestre. Son titre pourrait donc bénéficier de cet effet de surprise en Bourse au cours des prochains trimestres.

 

À la une

Ce projet de loi affectera toutes les entreprises

24/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Le projet de loi sur l’énergie que Pierre Fitzgibbon déposera d’ici le 7 juin sera structurant pour le Québec.

Électricité: un manufacturier sur trois en manque

23/05/2024 | François Normand

Près de 75% des entreprises des secteurs manufacturier et industriel retardent des projets ou des investissements.

Bourse: les résultats des 7 magnifiques au 1T

24/05/2024 | lesaffaires.com

D'Apple à Nvidia, qui a dépassé les attentes ou déçu les marchés.