Start-ups: trois pièges à éviter pour faire partie de la relance économique

Publié le 27/04/2021 à 07:00

Start-ups: trois pièges à éviter pour faire partie de la relance économique

Publié le 27/04/2021 à 07:00

Une personne qui écrit Start-up

Il faut faire attention de ne pas croire que ce qui est normal aujourd’hui, le sera dès un retour «à la normale». (Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Tout comme lors de chaque grand moment tragique de l’histoire, la relance économique représente une occasion unique de bâtir un monde nouveau. Rappelez-vous des années folles qui ont suivi la Première Guerre mondiale, de la révolution culturelle américaine ayant suivi la guerre du Vietnam ou de la forte croissance économique découlant de la chute du mur de Berlin.

Bien que nous ne puissions malheureusement pas encore crier victoire contre cette pandémie, certains signaux peuvent nous inspirer confiance pour l’avenir. L’après-pandémie entrepreneuriale étant déjà bien en route, les prochaines années seront foisonnantes d’innovations de toutes sortes puisant leur raison d’être directement dans cette crise que nous vivons depuis une quinzaine de mois.

Déjà, des centaines, voire des milliers de startups du monde entier planchent sur des projets nous permettant de recommencer à vivre «comme avant» avec cependant une nouvelle réalité. Que ce soit de développer un nouvel alliage antimicrobien servant pour rampes d’escalier, les poignées de porte ou les boutons d’ascenseurs, une plateforme de vidéoconférence permettant une personnalisation complète et facile pour un individu ou une entreprise ou tout simplement un nouveau modèle de restauration misant exclusivement sur la livraison, les idées ne manqueront pas!

Bien entendu, il est essentiel que les start-ups du Québec fassent partie de cette relance. Cependant, à mes yeux, certains pièges seront à éviter afin de ne pas manquer le bateau. 

 

Piège #01 

Gare aux tendances

Il est toujours très difficile de savoir différencier les tendances éphémères de celles qui deviendront «grand public» à plus long terme. Allons-nous tous fuir ZOOM aussi rapidement que nous nous y sommes abonnés ou allons-nous l’adopter au quotidien? C’est en risquant de miser sur la bonne réponse que certaines start-ups connaîtront du succès et que d’autres échoueront. Le chaos des derniers mois ayant modifié, par obligation, nos habitudes quotidiennes, il faut faire attention de ne pas croire que ce qui est normal aujourd’hui, le sera dès un retour «à la normale».

 

Piège #02

Essentiel ou non essentiel?

Dès les premiers jours de la pandémie, nous avons rapidement vu à quel point certaines industries, certains services ou produits étaient à risque en temps de crise. En mode survie, l’être humain s’est très rapidement métamorphosé en «consommateur en mode urgence». Papier hygiénique, désinfectants de toutes sortes, eau de source embouteillée ou provisions alimentaires sont immédiatement devenus des denrées rares.

Tristement, de l’autre côté du spectre, les produits ou services considérés comme étant «non essentiels» ont payé, en quelque sorte, le prix. Certes, la grande majorité de ceux-ci ont bien évidemment leur raison d’être. Cependant, je crois qu’il faille dès aujourd’hui intégrer ce nouveau risque à notre modèle d’affaires.

 

Piège #03

D'énormes investissements... qui amassent la poussière

Drastiquement, les entreprises du monde entier ont dû s’adapter à un univers du travail complètement différent du modèle classique qui faisait référence depuis plusieurs décennies. Fini les bureaux à aire ouverte, les jeux de soccer sur table ou le bar à jujubes. Après avoir investi des centaines de milliers ou des millions de dollars dans de superbes environnements de travail, nous nous sommes tous retrouvés à travailler dans un coin du sous-sol ou sur notre îlot de cuisine!

Non seulement plusieurs millions de pieds carrés de bureaux ne font, pour l’instant, qu’accumuler la poussière, les rôles et responsabilités des leaders, surtout leurs interactions avec leurs équipes, ont aussi été grandement redéfinis.

En effet, la pandémie n’a qu’accéléré la transition d’un modèle de gestion traditionnelle vers un modèle de gestion agile. Fini les structures hiérarchiques, l’obsession du profit et l’approche strictement économique. S’appuyant notamment sur l’adaptabilité et l’autonomie des équipes, la gestion agile a comme objectif d’offrir à l’entreprise une capacité de rebond en permettant, par exemple, de changer de chemin en cours de route, d’augmenter la productivité en réduisant les délais de remise de projets et surtout de satisfaire le client en répondant à ses demandes et non en imposant notre offre.

Sans l’adoption de ce modèle de gestion, les start-ups auront beaucoup de difficulté à évoluer et surtout réussir dans un monde où les changements de toutes sortes et le rythme des affaires ne font qu’accélérer au fil du temps.

 

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaires quelques jours après avoir gradué de l’Université de Montréal en science politique. Un peu par hasard, beaucoup par folie, je suis devenu entrepreneur sans trop savoir ce qui m’attendait. Bien que ma première expérience en affaires fut catastrophique, je suis tombé en amour avec l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, je suis à la tête d’un des plus grand producteurs de spiritueux et prêt-à-boire en Amérique du Nord et ce ne sont pas les projets qui manquent! Depuis novembre 2015, je partage chaque semaine ici mes idées, mes opinions et ma vision sur le monde des affaires et les sujets de société qui m’interpellent. Bienvenu dans mon monde!

Nicolas Duvernois

Sur le même sujet

Tiny Mile s’associe à Bell pour de la livraison à distance

18/08/2021 | lesaffaires.com

Ces petits véhicules roses, nommés «Geoffrey», possèdent des caméras intégrées, ainsi qu’un système GPS.

Electro Carbon sacrée jeune pousse la plus innovante

Édition du 16 Juin 2021 | Denis Lalonde

DÉFI START-UP. L’entreprise gagne ainsi une bourse de 10 000 $.

Blogues similaires

Anges et démons

18/08/2021 | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Dans le sport comme en affaires, on peut facilement perdre ses repères.

Recyclage du textile: un bilan à en déchirer sa chemise

BLOGUE INVITÉ. L'industrie consomme beaucoup d’eau, de produits chimiques, en plus d'émettre du CO2 et de polluer l'eau.

Chéri, j’ai réduit les collègues

16/09/2021 | Valérie Lesage

BLOGUE INVITÉ. Quels sont les facteurs à considérer pour choisir entre le présentiel, le travail hybride ou à la maison?