L'avion est à réinventer... et c'est une véritable mine d'or!

Publié le 25/02/2020 à 11:55

L'avion est à réinventer... et c'est une véritable mine d'or!

Publié le 25/02/2020 à 11:55

(Photo: Getty Images)

BLOGUE INVITÉ. J'ai récemment pu vivre l'expérience d'un vol dans un appareil A220, l'ancienne C Series conçue par Bombardier, et qui a tant fait couler d’encre ses dernières années. C’est lors d’un vol d'Air Canada entre Montréal et Calgary que j’ai pu réaliser qu’effectivement, cet avion est un chef d’oeuvre aéronautique.

Confort, finition, légèreté, silence, résument en quelques mots ma première expérience sur cet aéronef maintenant dans la famille Airbus.

Pour tout vous dire, savoir que c’est ici, au Québec, que cet avion a été conçu, développé et assemblé me rend bien fier. Bien que l’histoire fût parsemée d’embûches de toutes sortes, je lève mon chapeau aux milliers d’ingénieurs, techniciens, professionnels, travailleurs et sous-traitants qui ont travaillés d’arrache-pied afin de permettre à cet avion de prendre son envol. 

Depuis quelques années, je prends l’avion presqu’à chaque mois. Depuis ce temps, j’ai commencé à me ré-intéresser au monde de l’aviation. En effet, au tout début de mon aventure entrepreneuriale, l’une de me spremières idées était de fonder un transporteur aérien.

J’avais deux idées en tête. La première était de fixer le prix des billets selon le nombre de kilomètres parcouru.

La seconde était de réinventer la disposition des sièges dans la cabine de l’avion pour les vols de longue distance. Plutôt que d’avoir une quarantaine de place en classe affaires, une vingtaine en classe premium économie et près de 350 en classe économie, j’avais comme objectif de ne faire qu’une seule et unique classe premium avec environ 300 places au total. Avec cette idée, comme chaque vol aurait transporté moins de passagers, la valeur moyenne du billet aurait été plus haute afin de compenser pour la perte de revenus, tout en offrant un luxe supérieur et égal à tous les passagers.

Mais bon, revenons au sujet du jour. 

À mon avis, l’aviation est le seul moyen de transport à ne pas avoir évolué drastiquement au fil des dernières décennies. Le vélo est passé d’un objet en acier à deux roues avec une seule vitesse à un chef d’œuvre technologique en fibre de carbone à peine plus lourd qu’une «pinte» de lait. La voiture est passée de la Renault 5 à la toute nouvelle Porsche Taycan 100% électrique. Le train, le bateau et même les skis ont drastiquement évolué au fil des années.

L’avion, lui, n’a pratiquement pas évolué. Pire, je dirais même qu’il a «régressé». N’oublions pas qu’il y a plus de quarante ans, dès 1976, nous pouvions traverser l’Atlantique à bord d’un vol commercial en trois heure et demie grâce au mythique Concorde, alors qu'il faut compter plus de 7h en 2020. 

Mais qu’est-ce qui peut bien expliquer ce retard d’innovation en aviation? Les coûts astronomiques de développement, les risques d’accidents? L’absence de rentabilité des projets? 

Malgré tout, le transport aérien va atteindre des sommets jamais égalés au cours des prochaines années. Avec les citoyens de nouvelles classes moyennes de pays comme la Chine, le Brésil et l’Inde qui commencent à voyager. Avec les échanges commerciaux de plus en plus courants et la forte croissance de l’industrie du tourisme, des millions de voyageurs prendront l’avion pour la première fois sous peu. 

Airbus prévoit qu’en moins de 20 ans, le transport aérien doublera et plus de 50 000 avions commerciaux parcourront le ciel.

Bien qu’il faille des budgets pharaoniques afin de se lancer dans cette industrie dominée par le duopole Airbus-Boeing, je crois sincèrement qu’une véritable mine d’or se cache derrière cette opportunité d’inventer l’avion de demain.

La plus grande chaîne d’hôtels au monde n’a aucun hôtel (Airbnb), la plus grande entreprise de taxi au monde n’a aucun taxi (UBER). Est-ce que la prochaine plus grande entreprise d'aviation au monde n’aura aucun avion? Je ne pourrais prédire l’avenir, mais entrepreneurs, je vous lance le défi d’inventer l’avion de demain!

 

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaire sans trop savoir ce que c’était. Je suis devenu un entrepreneur sans aucune idée de l’aventure dans laquelle je me lançais. Je suis maintenant le dirigeant d’une entreprise qui a le vent dans les voiles. Après avoir complété mon baccalauréat en science politique à l’Université de Montréal et surtout après avoir vécu une première expérience catastrophique en affaire (dans l’univers de la restauration), j’ai décidé de me lancer dans la production de vodka… sans trop savoir ce que je faisais ! À travers ce blogue, je vais vous amener dans les coulisses de l’entrepreneuriat, dans l’antichambre du succès. Une réalité partagée par des milliers de jeunes et moins jeunes entrepreneurs, une réalité qui gagnerait à être partagée !

Nicolas Duvernois