Je miserai toujours sur le papier de toilette!

Publié le 26/05/2020 à 11:09

Je miserai toujours sur le papier de toilette!

Publié le 26/05/2020 à 11:09

Des rouleaux de papier de toilette

(Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. C’est dans ma chronique du 7 mars 2018 que j’ai écrit ce passage: «Je crois que nous sommes aveuglés par notre propre mode de vie et par ce qui est considéré comme étant 'tendance'. C’est beaucoup plus cool de lancer une start-up en intelligence artificielle ou en fintech et d’avoir des bureaux dans Griffintown ou le Mile-Ex que de lancer une société de litières ou un fabricant de pelles dans le quartier industriel de Saint-Léonard. Cependant, jusqu’à preuve du contraire, je suis pas mal sûr que les chats et la neige seront toujours d’actualité dans cent ans!» 

Aujourd’hui plus que jamais, je réalise à quel point nous étions effectivement aveuglés par les mille et une tendances du moment. L’appât du gain rapide, le rêve et la folie des évaluations boursières et les spéculations de toutes sortes ont, une fois de plus, connu une fin de non-recevoir.

Comme le dit si bien Manu Militari dans sa chanson «Esclave en fuite»; «Ils vont nous r’faire une troisième guerre, l’homme est incorrigible.» Incorrigible de toujours vouloir rebâtir de la même manière. Souvenons-nous des belles paroles et des saintes intentions de tout un chacun suite à l’explosion de la bulle techno des années 2000, de la crise financière de 2008 et maintenant, des effets de la COVID-19 sur l’économie mondiale. 

Peu importe l’ampleur de la crise, le résultat est le même. On retombe rapidement dans nos vieilles pantoufles. Surendettement des entreprises, bulles spéculatives et sous-investissement du réseau de la santé et de l’éducation sont pas mal un trio infernal. 

Ironiquement, lors de chacune de ces crises, nous avons vu les mêmes entreprises faire des affaires d’or. Big data? Intelligence artificielle? Bitcoin? Machine learning? Robot? Non. C’est plutôt le papier de toilette, les essuie-tout, le savon et les désinfectants de toutes sortes qui sortent grands gagnants des crises!

Véritable pied de nez à tous ces «besoins» que l’on imagine indispensables à notre vie. Finalement, on réalise que nos besoins primaires de base sont tout ce dont nous avons besoin en temps de crise! 

Certes, il faut le reconnaître. Certaines compagnies technologiques ont obtenu leurs lettres de noblesse au cours de ces derniers mois. Zoom, Teams (Microsoft) et compagnie ont révolutionné le quotidien de millions d’entre nous. D’autres, telles Facebook, Instagram et Tik Tok ont prouvé qu’elles sont un canal de communication incontournable, voyant les interactions entre membres atteindre les plus hauts sommets jour après jour.

Nous sortons tout doucement de cette crise en nous posant bien des questions sur les grands absents du champ de bataille, de même que sur les financements à coup de millions, voire de milliards de dollars. Certains experts se posent même la question si, encore une fois, nous n’avons pas investi dans les promesses plutôt que dans le résultat?

Même le réputé ancien chef de l'apprentissage automatique (Machine learning) chez Amazon et maintenant Professeur du nouveau département Deepmind (Google) à la prestigieuse Université Cambridge se pose la question. Selon ses propres mots lors d’une récente entrevue sur le réseau CNBC: «This (pandemic) is showing what bulls-- most AI hype is. It’s great and it will be useful one day but it’s not surprising in a pandemic that we fall back on tried and tested techniques.»

Loin de moi de vouloir sous-estimer l’importance des nouvelles technologies, cependant, je crois que beaucoup d’entre elles ont encore énormément de chemin à faire avant de pouvoir avoir un impact direct et concret dans notre quotidien, surtout en temps de crise. 

Une chose est certaine, en tant qu’entrepreneur qui privilégie la réussite marathon à celle du sprint, je miserai toujours sur le papier de toilette en temps de crise!

 

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaire sans trop savoir ce que c’était. Je suis devenu un entrepreneur sans aucune idée de l’aventure dans laquelle je me lançais. Je suis maintenant le dirigeant d’une entreprise qui a le vent dans les voiles. Après avoir complété mon baccalauréat en science politique à l’Université de Montréal et surtout après avoir vécu une première expérience catastrophique en affaire (dans l’univers de la restauration), j’ai décidé de me lancer dans la production de vodka… sans trop savoir ce que je faisais ! À travers ce blogue, je vais vous amener dans les coulisses de l’entrepreneuriat, dans l’antichambre du succès. Une réalité partagée par des milliers de jeunes et moins jeunes entrepreneurs, une réalité qui gagnerait à être partagée !

Nicolas Duvernois