5 pistes pour atténuer le sentiment d'être un imposteur

Publié le 13/09/2013 à 10:51, mis à jour le 13/09/2013 à 07:06

5 pistes pour atténuer le sentiment d'être un imposteur

Publié le 13/09/2013 à 10:51, mis à jour le 13/09/2013 à 07:06

BLOGUE. Vous est-il déjà arrivé de douter de vos propres capacités et de vous sentir «imposteur» malgré tous les bons mots que vous recevez sur votre travail dans votre domaine d'activité ? Moi oui. Et j'ai souvent l'impression qu'il s'agit du fait que je suis, comme plusieurs entrepreneurs, une autodidacte en affaires.

J'ai développé toutefois de bonnes habitudes au fil des ans. Elles m'aident à chasser ce sentiment. Je vous les partage :

Demander les attentes des autres. 

Lorsque je débute un projet, je m'assure de comprendre les attentes des gens avec qui je travaille. Cela me permet d'être certaine de répondre à celles-ci tout en prenant soin d'ajouter un petit élément qui sera les surprendre.

Accepter nos forces et faiblesses

J'accepte de ne pas tout savoir. Je me donne aussi le droit de faire des erreurs de temps en temps et de me pardonner. Plus jeune, dans mes débuts, j'ai fait l'erreur d'accepter des mandats qui ne répondaient pas à mes compétences initiales. Maintenant, j'ai appris à déléguer des mandats à des gens qui ont plus de connaissances que moi dans des domaines particuliers. Je sais que c'est tout à mon avantage d'agir ainsi.

Rechercher l'encouragement

Lorsque je me sens déprimée, je consulte rapidement une personne de mon entourage qui sait m'écouter et me guider pour me faire avancer dans la bonne direction. Même si cela n'est pas toujours évident, j'accepte l'encouragement. Ça me donne beaucoup d'énergie. 

Sortir de sa zone de confort

Je me permets de prendre des projets qui me font sortir de ma zone de confort. J'apprends beaucoup de cette façon. Si j'obtiens du succès dans ce type de projet, j'ai une meilleure estime de moi , une meilleure confiance en mes capacités et beaucoup plus d'assurance à poursuivre les objectifs que je me suis fixés. 

Penser régulièrement à l'impact positif d'un projet sur lequel je travaille

Lorsque je travaille sur un projet et que des pensées négatives surviennent, je visualise l'impact positif qu'il aura sur moi et sur mes entreprises si je vais jusqu'au bout. Cela me calme et me permet de me concentrer. 

Et vous? Est-ce qu'il vous arrive de vous sentir imposteur ? Que faites-vous lorsque cela se produit ?

A+

•••••••••••••••••••••••••

Ce blogue a pour but de vous faire découvrir différentes facettes de l'entrepreneuriat.

Entrepreneure passionnée, Kim Auclair a développé, au fil des ans, une riche expérience dans le domaine du Web. Elle a créé entre autres, en 2005, MacQuébec, une communauté d'utilisateurs de produits Apple au Québec. Elle gère actuellement Niviti, une entreprise de services-conseils en animation de communauté web pour les décideurs d'entreprise

•••••••••••••••••••••••••

Désirez-vous en savoir plus sur la création, animation et gestion de communautés Web ? Je vous invite à consulter le blogue de mon entreprise, Niviti . Vous pouvez également échanger avec moi sur Twitter : @kimauclair

À propos de ce blogue

Entrepreneure passionnée, Kim Auclair a développé au fil des années une riche expérience dans le domaine du Web. Elle a créé entre autres, en 2005, MacQuébec, une communauté d'utilisateurs de produits Apple au Québec. Elle est actuellement présidente chez Niviti, une entreprise de services-conseils en création, animation et gestion de communauté Web pour les décideurs d'entreprise. Ayant pour but de vous faire découvrir différentes facettes de l'entrepreneuriat, Kim Auclair apporte, au travers de ce blogue, ses réflexions et opinions sur l'entrepreneuriat, le web et le mentorat.

Kim Auclair

Blogues similaires

Ralenties par leur conjoint et non leurs enfants

Ralenties par leur conjoint et non leurs enfants Soupir. Une nouvelle étude dans le Harvard Business Review ...

Le déclin d'Apple est amorcé

19/09/2019 | Stéphanie Kennan

BLOGUE INVITÉ. Des signes avant-coureurs ne trompent pas...

Fonds de solidarité: quand le service à la clientèle commence par le respect du client

06/12/2013 | Jacques Nantel

Comme des milliers de Québécois, je possède une partie de mon REER dans le Fonds de ...