Le relevé des frais annuels, un rapport fiable?

Publié le 07/02/2020 à 10:30

Le relevé des frais annuels, un rapport fiable?

Publié le 07/02/2020 à 10:30

Un stéthoscope sur un clavier de portable, au-dessus d'un bilan annuel.

(Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Si vos placements sont gérés par un tiers, notamment une institution financière, un courtier ou un gestionnaire de portefeuille, vous devriez avoir reçu, depuis le début de l’année, un rapport sur les frais et la rémunération pour l’année 2019.

A priori, c’est une excellente idée de savoir quels sont les frais associés à la gestion de vos placements. Idéalement, ce rapport serait un résumé complet, facile à comprendre, même pour un investisseur ayant peu de connaissances en placement. Après tout, ça devrait être assez simple de savoir combien coûte la gestion d’un portefeuille de placement, n’est-ce pas?

Vous me voyez venir! Eh oui, ce n’est pas si simple que ça. Le rapport que vous avez reçu répond aux exigences des autorités réglementaires afin d’établir les frais directs tels que les frais administratifs et les frais de transactions qui sont facturés dans votre compte, et aussi, pour quantifier la valeur des conseils que vous recevez. Ainsi, si vous détenez des actions individuelles et que votre courtier facture uniquement des frais de transactions et/ou des honoraires de gestion, par exemple, sous forme d’un pourcentage de vos actifs, le rapport sera fidèle à la réalité.

Les fonds communs de placement qui versent des commissions de suivi

Toutefois, dès que vous détenez des fonds (fonds communs, fonds négociés en bourse...) ou la plupart des produits financiers qui versent des commissions à votre courtier (CPG, billets boursiers…), le rapport ne reflétera pas toujours l’ensemble des frais de votre compte. Voici un exemple qui peut surprendre.

J’ai récemment analysé le portefeuille d’un investisseur investi dans un panier de plusieurs fonds communs. Un portefeuille de plus de 300 000$ détenu auprès d’une grande institution financière. Les seuls frais indiqués sur son rapport des frais et de la rémunération sont des commissions de suivi pour un montant d’environ 2 700$, ce qui correspond à environ 0,9% de l’actif pour l’année 2019. Un investisseur aurait toutes les raisons de penser qu’il s’agit du montant total des frais applicables à son portefeuille, car c’est déjà un montant élevé, mais pas excessif, s’il obtient des services complets de planification financière et qu’il les utilise sur une base régulière. Toutefois, ce n’est toujours pas le cas.

La réalité

Les véritables frais de gestion des fonds sont souvent beaucoup plus élevés, car la commission de suivi n’est qu’une partie des frais de gestion d’un fonds. Pour obtenir l’information complète, l’investisseur a dû contacter son conseiller, l’information récente n’étant pas disponible sur Internet ni sur aucun relevé. À sa grande surprise, les frais de gestion réels de son compte sont de 2,2%, soit un montant annuel de plus de 6 600$. Pas tout à fait la même chose que dans le rapport! Malheureusement, au Canada, il n’y a toujours pas d’obligation de divulguer ce montant, seules les commissions sont obligées d’être inscrites, et ce, même si le gestionnaire du fonds est une filiale de la même institution financière.

À mon avis, le fait de payer, année après année, ce niveau de frais ne peut être justifié pour un compte de cette taille. Malheureusement, je rencontre régulièrement des investisseurs dans cette situation qui ne savent pas, en regardant leur relevé, qu’ils payent autant de frais.

Exigez une divulgation complète

Il est important d’obtenir une transparence complète sur les frais associés à la gestion de vos placements. Toute solution ou offre de service qui n’est pas facile à quantifier au niveau des frais devrait sonner l’alarme. Les institutions financières ne vous feront pas de cadeau. Si les frais ne sont pas bien divulgués, c’est possiblement parce que ce produit a été conçu pour être très rentable, à vos dépens. Si les frais sont raisonnables et justifiés pour les services rendus, il n’y a aucune bonne raison de ne pas les divulguer pleinement et qu’ils soient facilement accessibles et compréhensibles pour tous les investisseurs, même néophytes. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas, et ce, malgré la nouvelle réglementation en vigueur depuis quelques années.

Vous détenez des fonds communs de placement? Lisez aussi cet article sur mon blogue Les frais de rachat des fonds communs, encore d'actualité

N’hésitez pas à m’écrire si vous souhaitez que j’aborde un sujet particulier dans ce blogue. Suivez-nous aussi sur Facebook.

À propos de ce blogue

Ian Gascon est président de Placements Idema (www.idema.ca), un gestionnaire de portefeuille qui propose des solutions de placements personnalisées, à faible coût et utilisant des fonds négociés en bourse (FNB). «Les FNB démystifiés» est le premier blogue francophone dédié aux fonds négociés en bourse au Canada et Placements Idema est la première société au Canada à avoir lancé un service en ligne de gestion de portefeuille, maintenant mieux connu sous le terme «robot-conseiller».

Ian Gascon

Sur le même sujet

Les fonds communs auront plus de marges pour financer les rachats

Les fonds communs auront plus de flexibilité pour emprunter de l’argent pour faire face aux rachats.

Les fonds boudent trop le Canada

Édition du 19 Octobre 2019 | Stéphane Rolland

Or, les raisons qui faisaient que ce choix était une bonne décision sont en train de changer.

Blogues similaires

Le secret de la réussite en Bourse

Édition du 20 Juin 2015 | Bernard Mooney

BLOGUE. Il y a deux semaines, j'ai annoncé aux dirigeants de Les Affaires que cette chronique serait ma dernière. Il ...

Canada Goose : le coup de froid

Édition du 26 Janvier 2019 | François Pouliot

CHRONIQUE. Le Canada a bon nom à l'étranger. Utilisons-le pour tenter de donner du levier à nos produits. Bonne ...

Il y a toujours des raisons de garder espoir

BLOGUE. La Bourse s'offre un deuxième mois fort rentable grâce aux largesses monétaires.Les indicateurs se contredisent.