2018: une autre année difficile pour les fonds actifs

Publié le 10/05/2019 à 14:30

2018: une autre année difficile pour les fonds actifs

Publié le 10/05/2019 à 14:30

Un homme inquiet

(Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Selon le plus récent rapport SPIVA 2018 pour le Canada, plus de 75% des fonds actifs ont sous-performé leur indice en 2018 dans toutes les classes d’actifs. C’est une donnée qui peut en surprendre plus d’un puisque l’industrie s’est efforcée de promouvoir l’importance d’utiliser un gestionnaire actif lorsque l’environnement de marché est plus volatile.

Faut-il croire les publicités?

Tout au long de l’année 2018, les publicités des gestionnaires de fonds martelaient l’importance d’une gestion active afin de naviguer les marchés tumultueux et la hausse des taux d’intérêt (qui s’est arrêtée abruptement!). Visiblement, les investisseurs qui se sont fait convaincre pas ces publicités ont été majoritairement déçus. Est-ce surprenant? Pas du tout! En fait, cette sous-performance est plutôt la norme, année après année, et dans la majorité des marchés mondiaux.

Dans le même rapport, on peut constater que plus de 90% des fonds actifs ont sous-performé leur indice sur une période de 10 ans. Dans le cas des fonds actifs de dividende, c’est 100% des fonds qui ont sous-performé. C’est-à-dire qu’aucun fonds actif canadien de dividende n’a battu l’indice pour cette catégorie sur une période de 10 ans. C’est difficile de démontrer plus clairement que la gestion active est tout un défi!

Les lacunes de la méthodologie

À la défense des fonds actifs, les études SPIVA comportent certaines lacunes. Il est en effet souvent difficile, voire impossible de générer le rendement d’un indice donné. Dans la réalité, il faut notamment tenir compte des frais de transaction, du réinvestissement des dividendes, des retenues sur les dividendes étrangers, pour ne nommer que quelques facteurs importants. Ces lacunes ne peuvent expliquer plus qu’environ 0,75% de sous-performance par année. C’est beaucoup, mais moins que ce que les fonds actifs prétendent généralement être capables de générer comme performance additionnelle par rapport à leur indice.

Dans le cas d’un fonds d’actions canadiennes, ces lacunes ont toutefois un impact très limité, fort probablement inférieur à 0,10% par année. Il est d’ailleurs intéressant de noter que, malgré ces embûches, plusieurs FNB indiciels réussissent à calquer le rendement de leur indice, moins leur frais de gestion. Lorsque les frais de gestion d’un FNB sont de moins de 0,10%, le résultat est alors presque parfaite.

Bref, peu importe comment on analyse les résultats de l’étude SPIVA, le constat est sans équivoque. À long terme, la très grande majorité des fonds actifs ne réussissent pas à justifier leur frais de gestion, et ce, même dans des marchés plus volatils.

N’hésitez pas à m’écrire si vous souhaitez que j’aborde un sujet particulier dans ce blogue. Suivez-nous aussi sur Facebook.

À propos de ce blogue

Ian Gascon est président de Placements Idema (www.idema.ca), un gestionnaire de portefeuille qui propose des solutions de placements personnalisées, à faible coût et utilisant des fonds négociés en bourse (FNB). «Les FNB démystifiés» est le premier blogue francophone dédié aux fonds négociés en bourse au Canada et Placements Idema est la première société au Canada à avoir lancé un service en ligne de gestion de portefeuille, maintenant mieux connu sous le terme «robot-conseiller».

Ian Gascon

Sur le même sujet

FNB: une bonne idée qui est allée trop loin?

BLOGUE INVITÉ. Cette innovation financière pourrait constituer une source d'opportunités pour les investisseurs valeur.

FNB et investissement responsable: enfin plus de choix!

01/04/2019 | Ian Gascon

RBC iShares a lancé cette semaine la gamme de FNB iShares Sustainable Core

Blogues similaires

Le secret de la réussite en Bourse

Édition du 20 Juin 2015 | Bernard Mooney

BLOGUE. Il y a deux semaines, j'ai annoncé aux dirigeants de Les Affaires que cette chronique serait ma dernière. Il ...

Canada Goose : le coup de froid

Édition du 26 Janvier 2019 | François Pouliot

CHRONIQUE. Le Canada a bon nom à l'étranger. Utilisons-le pour tenter de donner du levier à nos produits. Bonne ...

Le retour des aubaines hisse le S&P/TSX à un record

BLOGUE. Il est encore trop tôt pour dire si les titres bon marché et plus cycliques prendront le relais en Bourse.