Conférence Infopresse: êtes-vous intelligent ou travaillant?

Publié le 07/11/2018 à 15:37

Conférence Infopresse: êtes-vous intelligent ou travaillant?

Publié le 07/11/2018 à 15:37

La présentation "La vérité sur les femmes canadiennes", de Mylène Savoie, présidente du bureau montréalais de McCann. (Crédit: Infopresse)

Vous avez certainement déjà assisté à des cérémonies où on remet des pins à des employés pour souligner leurs années au sein de l’entreprise. Avez-vous déjà compté le nombre de fois où le supérieur de l’employé pinné en vante le côté «travaillant»? Chaque fois, ça me donne une poussée d’eczéma. Qui d’entre nous a envie qu’on se souvienne qu’il était travaillant? On peut imaginer une dizaine d’autres qualités professionnelles qu’on souhaite se voir associer.


Les mots que l’on emploie ont un sens. Ils conditionnent nos perceptions et nos comportements. Ils peuvent ouvrir les esprits ou les maintenir fermés.


Ce matin, j’ai assisté à la première présentation de la 4e édition de la conférence «Femmes, leadership et communication», d’Infopresse. Le thème de cette présentation de Mylène Savoie, présidente du bureau montréalais de l’agence internationale de communication McCann, était: La vérité sur les femmes canadiennes. La signature mondiale de McCann est «Truth well told». Il y quelques années, cette agence, qui compte 250 bureaux à travers le monde, a lancé le «Truth Central», qui produit des études à propos des vérités qui déterminent les comportements et les attitudes des consommateurs envers les marques. Cette division a publié, entre autres, The truth about aging, The truth about shopping et The truth about Asian women.


En 2108, McCann s’est associée à Ipsos pour produire: La vérité sur les femmes canadiennes. Pour recueillir la perception des femmes et des hommes sur la situation des femmes canadiennes, l’étude s’est appuyée sur :


-2700 entrevues auprès de femmes et d’hommes;


- 40 entrevues auprès de marketers/influenceurs;


- 2 ateliers auprès de consommateurs;


-une série de dîners pour discuter de sujets tabous.


Premier constat: la majorité des répondants estiment qu’il est plus facile d’être un homme qu’une femme au Canada. Vous n’êtes pas surpris? Moi non plus. C’est justement ça le problème: on s’attend à ce qu’il soit plus facile d’être un homme qu’une femme. C’est normal, c’est attendu.


Poursuivons sur ce thème de ce qui est attendu. On a demandé aux répondants de cette étude sur les femmes canadiennes de nommer les trois caractéristiques que la société associe, selon eux, aux hommes et aux femmes. Ces caractéristiques incarnant ce que la société attend de chacun de ces deux genres.



Voici les caractéristiques principales que les répondantes et les répondants à ce sondage croient que la société associe et attend des femmes :


-Belle;


-Maternelle;


-Intelligente.



Voici les caractéristiques principales que les répondantes et les répondants à ce sondage croient que la société associe et attend des hommes :


- Ambition;


-Leadership;


-Force.



Voici les caractéristiques que les femmes aussi bien que les hommes sondés souhaiteraient qu’on leur associe :


-Gentil plutôt que fort;


-Collaborateur plutôt que leader;


-Satisfait plutôt qu’ambitieux;


-Flexible plutôt que déterminé;


-Intelligent plutôt que travaillant.


Voilà qui porte à réfléchir, pour les gestionnaires lorsque vient le temps d’accorder de la reconnaissance à leurs employés ou de les motiver, par exemple.


Remplacer ambitieux par satisfait


L’ambition est une quête perpétuelle. La satisfaction, quant à elle, suppose qu’on a obtenu ce qu’on désirait. Ceci me fait penser aux paroles du philosophe français Frédéric Lenoir, auteur de nombreux ouvrages, dont «La puissance de la joie» :


«Le bonheur repose sur deux conditions, le consentement et le contentement.»


Le consentement consiste à être ouvert à accueillir ce que la vie nous apporte. Le contentement, à se satisfaire de ce que l’on a déjà. Continuer à aimer ce que l’on possède, que ce soit matériel ou immatériel. Ça vous dit quoi?

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Blogues similaires

Les 12 trucs pour (enfin) bien dormir, selon Matthew Walker

16/04/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Mine de rien, un mauvais sommeil est une terrible nuisance pour notre productivité. Entre autres.