Les OSBL et les OBNL

Publié le 05/03/2012 à 16:15

Les OSBL et les OBNL

Publié le 05/03/2012 à 16:15

Par Catherine Morissette

Blogue – Malgré l’entrée en vigueur de la Loi sur les sociétés par actions du Québec (LSAQ), la Loi sur les compagnies du Québec (LCQ) n’a pas été abrogée. En effet, la LSAQ n’a fait que se substituer aux parties I et IA de la LCQ. La partie III, qui concerne les organismes à buts non lucratifs (OBNL) qu’on appelle souvent aussi les organismes sans but lucratif (OSBL) existe toujours!

Ainsi, de par sa loi constitutive, au Québec, un OBNL ou un OSBL est une personne morale, au même titre qu’une compagnie. La différence étant que l’OBNL n’a pas de capital-actions.

Également, puisque, comme son nom le dit, un OSBL n’a pas comme objectif de faire des profits, il est donc exempté de payer de l’impôt et de la taxe sur le capital (voir site de Revenu Québec).

Si par faute de ne pas avoir de capital-actions, l’OBNL n’a pas d’actionnaires, il est quand même, tout comme une compagnie, dirigé par un conseil d’administration. Car ne pas avoir comme buts de faire des profits et ne pas payer d’impôt ne signifie pas n’avoir aucune responsabilité!

Avant d’aller plus loin, commençons par le début : un OSBL est d’abord constitué par au moins 3 personnes, qui déposent une demande papier (le service en ligne n’étant pas disponible) auprès du Registraire des entreprises (article 218 de la LCQ), poursuivant une mission dans un  «but  national, patriotique, religieux, philanthropique, charitable, scientifique, artistique, social, professionnel, athlétique ou sportif ou autre du même genre. »

Les requérants deviennent alors les premiers membres de l’organisme.

Une fois que le Registraire a accepté la demande et émis les lettres patentes de l’organisme, une première réunion des membres peut avoir lieu. Dans cette réunion, les membres pourront élire les personnes qui siégeront au conseil d’administration et procéder au vote du règlement général qui régira le fonctionnement de l’organisme.

Dans ce règlement, on trouve habituellement le profil auquel doit correspondre une personne pour devenir membre de l’organisme, le coût de ce membership, la procédure à accomplir pour devenir membre,  la composition du conseil d’administration, la tenue des réunions du CA (souvent inspiré du célèbre Code Morin), etc.

Il y a normalement une réunion annuelle des membres d’un organisme, durant laquelle les administrateurs sont élus ou réélus.

Mais entre chaque rencontre, se sont les membres du CA qui administrent l’OBNL. Certains organismes se dotent d’un conseil exécutif, c’est-à-dire d’un comité restreint composé de quelques membres du CA, mais avec les nouvelles règles de gouvernance, cette façon de faire tend à disparaître.

En effet, les administrateurs des OSBL ont d’énormes responsabilités. Pour être plus précise, ils ont toutes les responsabilités! Par exemple, si l’organisme a des salariés, chaque administrateur peut être tenu personnellement du paiement des retenues à la source qui doivent être versées à Revenu Québec.

Le degré d’implication d’un administrateur n’a pas d’importance : si vous n’assistez pas aux réunions, votre responsabilité est quand même engagée, même si vous agissez bénévolement. C’est pourquoi il n’est pas rare que des organismes souscrivent à une assurance responsabilité pour protéger leurs administrateurs.

Pour en savoir plus, voici quelques suggestions de lecture complémentaires :

Il y a plusieurs bonnes raisons de siéger sur le conseil d’administration d’un organisme : faire avancer la mission à laquelle on croit, avoir la satisfaction de donner son temps pour une cause et même, pour pouvoir l’indiquer sur son curriculum vitae comme expérience et implication.

Mais il faut toujours savoir dans quoi on s’embarque!

--

Le droit est partout et se mêle de tout. Il régule nos vies et nos entreprises. S’il est mal compris ou négligé, il peut même aller jusqu’à nous nuire. Cette chronique, tenue par Me Catherine Morissette, avocate en droit des affaires chez Lévesque Lavoie, avocats, démystifie les différents aspects juridiques et d’actualité qui touchent le monde des affaires, afin de vous les rendre accessibles.

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet Ă©nergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Le classement 2019 des grands du droit

Les 30 plus grands cabinets juridiques de la province, en matière de personnel, sont toujours en croissance.

Toujours la croissance pour les grands cabinets

Édition du 15 Juin 2019 | Simon Lord

LES GRANDS DU DROIT. L'économie florissante entraîne une croissance chez les grands cabinets d'avocats de la province...

OPINION Une révolution dans le monde des marques de commerce
Édition du 15 Juin 2019 | Simon Lord
Les avocats, leurs clients et l'IA
Édition du 15 Juin 2019 | Simon Lord
Des modèles pour faciliter l'accès au droit
Édition du 15 Juin 2019 | Simon Lord

À la une

DĂ©mystifier les formes d'accompagnement

Édition du 20 Juillet 2019 | BenoĂ®te Labrosse

MENTORAT, PARRAINAGE ET COACHING. Quel genre de relation désignent exactement les termes mentorat, coaching ...

Un passage obligé pour les entrepreneurs?

Édition du 20 Juillet 2019 | BenoĂ®te Labrosse

MENTORAT, PARRAINAGE ET COACHING. Les programmes pour entrepreneurs se multiplient. Est-ce que cela signifie qu'un ...

Les multiples facettes du parrainage

Édition du 20 Juillet 2019 | BenoĂ®te Labrosse

MENTORAT, PARRAINAGE ET COACHING. Au Québec, le parrainage est un terme fourre-tout qui regroupe plusieurs ...