Le retour de la Chine

Publié le 22/03/2015 à 22:38, mis à jour le 23/03/2015 à 06:34

Le retour de la Chine

Publié le 22/03/2015 à 22:38, mis à jour le 23/03/2015 à 06:34

Photo: Shutterstock

Sans faire beaucoup de bruit, le marché boursier chinois vit une puissante remontée, l’indice de la Bourse de Shanghai ayant pratiquement explosé de 1400 points depuis le début de septembre. C’est une hausse de 62% en moins de sept mois. Depuis l’été dernier, la bourse chinoise a gagné environ 80%!

L’indice chinois se retrouve ainsi à 3650, un niveau pas vu depuis mai 2008.

En fait, si vous regardez un graphique à long terme de l’indice SSE de Shanghai, vous voyez le plus bel exemple de variations à l’image des montagnes russes. D’un sommet à 6000 en octobre 2007, tout juste avant la crise financière, l’indice a croulé à 1700 en octobre 2008, une perte de 67%. La bourse chinoise a pratiquement doublé par la suite, jusqu’à un sommet aux environs des 3500 en août 2009.

L’indice a évolué en dents de scie jusqu’è l’été 2014, avec un plancher vers 2000.

Comment expliquer ce marché haussier alors que la croissance de l’économie chinoise ralentit?

En fait, tous le monde financier semble avoir accepté la réalité de ce ralentissement. Cette information étant intégrée, les investisseurs anticipent de meilleurs jours. D’une part, le gouvernement chinois a fait un grand ménage dans ses pratiques, s’attaquant entre autres à la corruption.

De plus, la croissance a peut être ralenti, mais elle est moins artificielle et plus diversifiée. Une grande partie de la forte progression de l'économie durant la deuxième moitié de la première décennie des années 2000 provenait du secteur immobilier et de la spéculation.

Enfin, la banque centrale chinoise, comme la plupart des autorités monétaires dans le monde, est en mode de stimulation. Et il faut croire que les investisseurs croient qu’elle sera capable de fouetter le rythme de croissance, ou du moins de faire cesser la baisse de régime.

Un bon signe pour les investisseurs canadiens?

Pour bien des investisseurs canadiens, la reprise chinoise est un bon signe. Tout le segment des ressources naturelles, partie importante de notre marché boursier, ne peut que profiter d’un regain de vie économique en Chine.

Par contre, de là à prévoir le retour des années pré-crise, il y a un pas trop grand à faire étant donné le contexte mondial. La croissance est tout simplement trop faible par rapport à l’offre pour un très grand nombre de matières premières.

Reste que les perspectives chinoises à long terme sont relativement bonnes. Il faut toutefois avoir le coeur solide pour vouloir investir directement dans ce marché, étant donné les fluctuations monstres qu’il vit.

Bernard Mooney

 

Blogues similaires

Canada Goose : le coup de froid

Édition du 26 Janvier 2019 | François Pouliot

CHRONIQUE. Le Canada a bon nom à l'étranger. Utilisons-le pour tenter de donner du levier à nos produits. Bonne ...

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?

Que disent l'emploi et d'autres signaux pour la suite en Bourse?

BLOGUE. L'emploi est un indicateur contraire parce que le chômage ne peut que s'améliorer après une récession.