Sans fil : c'est officiel, la voix ne vaut plus rien

Publié le 20/11/2012 à 12:06, mis à jour le 21/11/2012 à 09:50

Sans fil : c'est officiel, la voix ne vaut plus rien

Publié le 20/11/2012 à 12:06, mis à jour le 21/11/2012 à 09:50

BLOGUE. Mine de rien, on a assisté à une révolution dans le domaine de la téléphonie mobile il y a environ deux semaines, alors que Rogers, Bell et Telus ont en quelque sorte consacré la fin de la valeur des communications vocales.

Cet important changement est survenu en l'espace de quelques heures, le 7 novembre dernier. Rogers a alors annoncé une révision complète de ses forfaits, que Bell et Telus se sont empressés de copier.

PLUS :

Mobile: le volume de données échangées explose

Cette révision consacre le statut de « commodité » des communications vocales en les rendant « illimitées » dans l'ensemble des forfaits. Seul le moins cher compte une limite, mais à 1000 minutes, elle demeure élevée.

La seule différenciation dans ces forfaits provient désormais de la quantité de données qu'il est possible de télécharger. Chez Rogers, on demande 65$ pour 1 Go, 75$ pour 3 Go et 95$ pour 5 Go, toujours avec la voix et les messages textes illimités. Le plus coûteux des forfaits vous permet de faire des appels illimités partout au pays, plutôt que simplement dans votre zone. Les offres de Bell et Telus sont très similaires, à défaut d'être parfaitement identiques.

Selon l'analyste Tim Casey, de BMO Marchés des capitaux, qui a produit un rapport sur le sujet, ce changement sert « à protéger les revenus liés à la voix ».

« Les nouveaux plans s'inscrivent dans la migration à long terme vers la banalisation de la voix et la monétisation des données », écrit-il.

Au cours des cinq dernières années, les opérateurs sans fil ont vu leur mesure du revenu moyen par abonné plafonner autour de la barre des 60$. Mais le marché n'était pas stagnant pour autant. Sous cette surface des 60$ se trouvaient deux courants en sens inverse : celui des revenus de données, en forte hausse (+29% par année), et ceux des revenus liés à la voix, en baisse équivalente. Les deux volets se partagent actuellement la facture de façon presque égale.

À la une

Bourse: Wall Street finit la semaine en hausse, moins anxieuse d'une récession et de l'inflation

Mis à jour le 24/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de près de 350 points.

Bourse: un parallèle avec le début des années 2000

24/06/2022 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Je suis en train de lire «No Rules Rules» écrit par Reed Hastings, le cofondateur de Netflix.

Le français, notre langue d'affaires

BLOGUE INVITÉ. Soyons fiers de cette langue rassembleuse qui rythme nos vies depuis des générations.