Faciliter la vie des entrepreneurs

Publié le 27/04/2013 à 00:00

Faciliter la vie des entrepreneurs

Publié le 27/04/2013 à 00:00

Simplifier la vie des entrepreneurs. Ce sera un des grands mandats de la Banque de développement économique du Québec (BDEQ), si le projet de loi présenté cette semaine par la ministre Élaine Zakaïb est adopté par l'Assemblée nationale.

«Il y aura des gens à la Banque dont le mandat, chaque jour, sera de faire en sorte que les projets se réalisent. Ils vont accompagner les entrepreneurs dans leur quête de financement dans les différents ministères concernés ; et Dieu sait qu'il y en a des étapes à franchir quand on a un projet ! Les entrepreneurs le disent : c'est une course à obstacles», a expliqué la ministre déléguée à la Politique industrielle et à la Banque de développement économique du Québec à l'occasion d'une entrevue avec Les Affaires.

Mme Zakaïb ne compte toutefois pas embaucher de personnel supplémentaire pour accomplir la mission ; une réorganisation des ressources suffira, et les CLD seront la porte d'entrée vers la BDEQ.

«Ça fait des années qu'on réduit la paperasse, pour rendre les choses plus souples. On va continuer de le faire, un comité travaille là-dessus, mais on aura des conseillers qui travailleront avec les entrepreneurs», a promis la ministre, avec l'espoir de voir plus de projets se concrétiser.

En créant la BDEQ, le gouvernement Marois veut d'abord permettre à chaque région administrative de se doter d'une vision de développement économique. Avec la collaboration des CLD, mais aussi du Secrétariat à la métropole pour Montréal et du Secrétariat à la Capitale-Nationale pour Québec, il faudra aussi bâtir une stratégie pour atteindre les objectifs. Les créneaux ACCORD, déjà choisis par les régions, serviront de point de départ.

«Dans chaque région, on vérifiera s'il manque des joueurs dans la chaîne d'approvisionnement. On va cibler les entreprises qui pourraient combler les besoins des secteurs stratégiques», a dit la ministre, soucieuse de voir apparaître dans le paysage davantage de moyennes entreprises exportatrices et créatrices d'emplois de plus haut niveau. «On veut miser sur les fleurons actuels et déceler les fleurons de demain. Quand on aura fait ça, on va accompagner chacune des entreprises.»

De l'argent pour les secteurs traditionnels

Une des filiales de la Banque s'occupera uniquement de démarrage d'entreprises et, parce que les secteurs traditionnels disposent de moins de fonds d'investissement, la BDEQ pourra leur allouer des sommes variant de 500 000 $ à 5 millions de dollars, ce qui est davantage que les sommes investies par les CLD actuellement. Il y aura aussi des sommes plus importantes consacrées à l'économie sociale et à l'entrepreneuriat collectif.

«La BDEQ sera le bras financier du gouvernement pour mettre en place la nouvelle politique industrielle et manufacturière qui est en cours de rédaction et qui devrait être prête à l'automne», a dit Mme Zakaïb.

La Banque remplacera ainsi Investissement Québec et les bureaux régionaux du ministère de l'Économie et des Finances. Elle gérera les fonds dont ils avaient la responsabilité, en plus du fonds de 200 M$ consacré à l'électrification des transports et aux ressources renouvelables, d'un fonds de 125 M$ pour les innovations en sciences de la vie et du fonds de 50 M$ pour Capital Émergence Québec (prévu au budget Marceau, qui prendra le relais des FIER). La BDEQ va aussi chapeauter les programmes d'exportation et d'innovation.

Elle devient donc le guichet unique de l'entrepreneur et, à ceux qui pensent que cela réduit les sources potentielles de financement, la ministre Zakaïb répond qu'il n'y avait aucun chevauchement entre les programmes d'aide, tous complémentaires.

«J'ai fait le tour du Québec, dit celle qui a rencontré élus et gens d'affaires, et je crois sincèrement qu'on répond à un besoin. Un besoin de financement et d'accompagnement.»

À la une

Arrêtez de jouer à la mascotte!

BLOGUE INVITÉ. Mieux vaut se départir d'employés qui ne sont pas motivés plutôt que trop tenter de leur plaire.

«Comment remettre à sa place un collègue arrogant?»

MAUDITE JOB! «Un collègue contre souvent mes arguments de manière humiliante. Vite, un truc pour le réprimander!»

Meilleurs résultats depuis le début de la pandémie pour Cineplex

Les revenus atteignent 349,9M$, contre 64,9M$ l’année précédente.