Un régulateur new-yorkais autorise deux cryptomonnaies adossées au dollar américain

Publié le 10/09/2018 à 12:57

Un régulateur new-yorkais autorise deux cryptomonnaies adossées au dollar américain

Publié le 10/09/2018 à 12:57

Par AFP

(Photo: Capture d'écran)

Deux cryptomonnaies liées à l'évolution du dollar ont été autorisées par le régulateur des services financiers de New York (DFS) lundi pour la première fois, conférant à ces actifs davantage de crédibilité dans un marché des devises virtuelles en quête de reconnaissance.

Gemini, la société des frères Winklevoss, et Paxos, sont les deux entreprises à avoir obtenu le feu vert de l'autorité de régulation new-yorkaise.

Le DFS «a établi des conditions pour s'assurer que chacune de ces sociétés maintienne des procédures solides pour parer aux risques divers et respecter les fortes contraintes de l'État de New York concernant la lutte contre le blanchiment, la fraude et la protection des consommateurs», a indiqué l'autorité dans un communiqué. 

Il existe déjà des cryptomonnaies dont l'évolution est adossée à des actifs tangibles comme le dollar ou l'or, permettant à ces devises virtuelles d'être moins volatiles.

Mais ces actifs ne sont régulés par aucune autorité officielle. Le feu vert de la DFS confère donc à Gemini et Paxos un gage de crédibilité pour leur produit disponible sur leurs plateformes dès lundi.

«Jusqu'à présent il n'existait pas de produit virtuel basé sur le dollar bénéficiant de la confiance des régulateurs et évoluant de manière ouverte et décentralisée à la manière des cryptomonnaies», a réagi Cameron Winklevoss, l'un des deux frères connus pour avoir revendiqué la paternité de Facebook, dans un post de blog de la société Gemini. 

La nouvelle intervient au lendemain de la suspension par le gendarme américain des marchés financiers (SEC) de deux produits liés aux cryptomonnaies, Bitcoin Tracker One et Ether Tracker One, en raison d'une «confusion» sur leur nature, certains pouvant les confondre avec des produits indiciels.

La création d'un fonds indiciel basé sur le bitcoin ou un autre cryptomonnaie faciliterait la tâche des investisseurs institutionnels qui s’intéressent à ce type d'actifs et pourraient souhaiter en acheter.

Or la SEC a jusqu'à présent refusé de valider ce type de produit, rejetant notamment en juillet la demande de création du premier fonds indiciel basé sur le bitcoin des frères Winklevoss par crainte de fraudes ou de manipulations.


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

Sur le même sujet

Blockchain et notaires: une symbiose possible?

29/04/2019 | Francis Nadeau

BLOGUE INVITÉ. La technologie blockchain permet de créer des contenus horodatés, infalsifiables et perpétuels.

Petit à petit, la blockchain se fraye une voie dans l'économie réelle

18/04/2019 | AFP

Et ce même si « en 2018, le marché des cryptoactifs a perdu 85 % de sa valeur ».

À la une

Barack Obama a raison: nous vivons à une belle époque

15/11/2019 | François Normand

ANALYSE - La perception est forte que nous vivons des heures sombres. Or, c'est faux, si l'on analyse l'histoire.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

16/11/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

10 choses à savoir cette fin de semaine

16/11/2019 | Alain McKenna

Des failles dans des guichets automatiques au Canada permettraient de voler vos infos bancaires.